English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

A propos de bonnes pratiques scientifiques : la question des publications.

Le blog de Hervé This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]

L’activité scientifique conduit à des résultats qui doivent être publiés. Ce que l’on peut dire autrement : une idée dans un tiroir n’est pas une idée.
La publication scientifique, c’est quelque chose de très délicat, et constitutif de la science. La question est notamment que les articles sont évalués par des rapporteurs, et que c’est ainsi que la communauté produit des résultats plus fiables que s’ils étaient émis par des individus isolés. Lors du processus de publication, l’évaluation par les rapporteurs permet, quand les rapporteurs sont intelligents et bien intentionnés, d’améliorer la qualité des textes publiés.

Tout cela, c’est dans un monde idéal, où la science rendrait meilleurs ceux qui la pratiquent, comme le disait Michael Faraday, avec une certaine naïveté que je partage, mais on sait que le monde n’est pas exclusivement composé d’individus droits, pas plus dans le groupe des scientifiques qui veulent publier que dans le groupe des rapporteurs ou même des éditeurs. Par exemple, je me souviens d’une très grande revue scientifique internationale, l’une des deux plus grandes, qui m’avait demandé d’expertiser un manuscrit scientifique. Ce texte était mauvais, car des calculs complexes avaient été fondés sur des prémisses fausses, et j’avais donc donné un avis négatif sans hésitation. Je ne connaissais pas les auteurs, mais le travail proposé n’était pas de bonne qualité, ou, plus exactement, il était complètement nul, puisqu’il s’agissait de faire des calculs sur des phénomènes qui n’étaient pas avérés. Quelle ne fut pas ma surprise de voir le texte finalement publié !

Cela, c’est pour des éditeurs, qui prennent des décisions de publication sur la base de raports des rapporteurs, mais on pourrait en dire autant des rapporteurs, et je me souvient notamment de plusieurs cas, pour moi comme pour des collègues, où les rapporteurs outrepassaient manifestement leur rôle, qui était d’évaluer la qualité du travail. Parfois, c’est simplement que leur propre niveau scientifique n’est pas suffisant, car, comme les rapporteurs ne sont ni payés ni considérés pour le travail d’évaluation des articles, les éditeurs les trouvent difficilement et doivent se rabattre sur des jeunes scientifiques (des doctorants qui travaillaient avec moi ont même été sollicités, alors qu’ils n’avaient donc pas encore leur thèse, et que leur compétence n’était pas suffisante). Parfois aussi, il y a des contingences : naguère, quand les revues étaient imprimées sur du papier, la place était limitée, et les éditeurs recommandaient aux rapporteurs de limiter le nombre de publications acceptées. Cette contrainte économique a heureusement disparu car elle découlait d’une intrusion anormale d’éditeurs privés dans le processus de production scientifique. Aujourd’hui, avec les publications en ligne, la question a disparu, même s’il demeure qu’un éditeur investit du temps et du travail dans les publications : il faut trouver les rapporteurs par exemple, assurer le suivi, faire la mise en forme et la mise en ligne ; c’est du travail de secrétariat qui coûte de l’argent, mais, pour ce billet, restons sur l’idée de publication en ligne où l’on peut diffuser facilement autant d’articles que l’on veut.

Il y a donc l’auteur qui envoie un manuscrit, le secrétariat de rédaction qui transmet ce manuscrit à un éditeur lequel est chargé de trouver des rapporteurs pour un contribuer à l’amélioration du manuscrit avant publication, ou éventuellement au rejet du manuscrit si celui-ci n’est vraiment de qualité suffisante. Pour les auteurs, nous pourrons y revenir une autre fois, car la préparation d’un manuscrit est une question difficile, à propos de laquelle il y a trop à dire. Nous nous focalisons ici sur le processus d’évaluation.
Dans la mesure où l’on sait que des équipes scientifiques du monde travaillent sur des sujets analogues, on sait aussi qu’il existe une concurrence, et qu’il faut donc veiller à ce que celle-ci ne se manifeste pas dans le processus d’évaluation quoi on arriverait à des injustices. Cest la raison pour laquelle nous devons militer absolument pour l’évaluation complètement anonyme : le secrétariat de rédaction doit envoyer aux éditeurs les manuscrits sans le nom des auteurs, sans trace de l’origine des textes, et, évidemment, les rapporteurs ne doivent pas avoir non plus cette information qui pourrait fausser leur jugement soit en bien soit en mal. Parfois on est impressionné par une grande signature et, parfois aussi, à voir l’origine d’un article envoyé par un groupe inconnu dans une province reculée, on risque de conclure hâtivement à une qualité insuffisante du travail.
Non, il faut un double anonymat pour que le processus d’évaluation qui, on le répète, vise à améliorer la qualité des articles raisonnablement publiables puisse jouer pleinement et conduire à la publication d’articles de bonne qualité, utiles à l’ensemble de la communauté.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales