English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

A propos des examens : et si nous faisions fausse route ?

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent m’aider à faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à me proposer des améliorations en m’envoyant un email à : icmg chez agroparistech.fr

À propos des examens, je me dis qu’un étudiant qui a bien travaillé, suffisamment, qui a bien étudié, ne doit avoir aucune difficulté à passer l’examen.
Bien sur, il aura fallu qu’il obtienne les connaissances nécessaires, et qu’ils transforme ensuite ses connaissances en compétences, par des exercices ou par des problèmes , mais cet étudiant qui aura fait ce travail n’aura aucune difficulté à passer l’examen, et il ne doit donc avoir aucun stress : après tout, il s’est déjà fait à lui-même son propre examen. Pourtant, on voit bien que, dans la très très grande majorité des cas, les étudiants craignent l’examen... et l’on en sait la raison : ils ne sont pas prêts. D’ailleurs, ne soyons pas naïf : il suffit de rester quelques minutes dans un groupe d’étudiants pour s’apercevoir que, effectivement, les impasses sont nombreuses, les "distractions" n’ayant pas laissé assez de temps pour l’étude.
Nous arrivons finalement à cette situation constante que le temps d’étude est insuffisant, et que l’examen reste toujours une sanction.

Or ce n’est pas l’objectif des examens : ces derniers sont simplement là pour vérifier un niveau. Il y a une barre à sauter, et le diplôme est accordé à un étudiant quand il parvient à franchir la barre. Mais, en corollaire, on comprend que la question est moins d’imposer des examens que de s’assurer que le niveau est atteint, ce qui conditionne l’attribution du diplôme (par l’institution de formation, d’ailleurs, et non par le professeur).
Dans cette perspective, qu’il y ait des examens ou un contrôle continu, peu importe. Il n’y a qu’une chose à vérifier, c’est que le niveau est atteint.
Et une fois de plus, on vérifie bien que c’est l’objectif -et non pas un chemin décidé un peu aléatoirement pour y conduire- qu’il faut considérer tout d’abord. Si l’on veut tester une compétence (parce qu’elle était affiché -contractuellement- dans un référentiel), alors cette compétence doit être présente et sa vérification doit se faire localement. Aucune raison que la vérification de cette compétence particulière se fasse en même temps que la vérification d’autres compétences.
Et l’on voit ainsi, surtout à l’heure du numérique, que nous aurions raison d’introduire des systèmes qui permettent à chacun le valider des connaissances, ou des compétences, ou des savoir-vivre, ou des savoir être, à un rythme qui lui est propre, à un moment où cela lui convient.
Dit autrement : si je me sens capable, moi étudiant, de déclarer à l’institution que j’ai une compétence particulière, alors je doit pouvoir "rencontrer" l’institution sur un site, afin de pouvoir montrer que j’ai effectivement cette compétence.

J’entends immédiatement des collègues me dire que ces examens à la carte sont difficiles à mettre en oeuvre, que cela demande plus de temps de professeur, que cela coûte cher, que cela prend du temps, et ainsi de suite. Je ne suis pas prêt à entendre ces arguments de ceux qui traînent les pieds. Plus exactement, e ne suis jamais prêt à entendre les arguments qui traînent les pieds surtout à l’heure où nous disposons d’un outil nouveau, merveilleux, le numérique, qui nous donne des possibilités extraordinaires. En réalité, je crains la paresse chez ceux qui ne veulent pas changer leurs pratiques, leurs habitudes... et qui, le plus souvent, se plaignent ensuite de la routine !
Ma proposition est de toujours tout changer pour le mieux. Renouvelons, testons, explorons, amusons-nous à faire des choses passionnantes !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales