English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Covid-19 : organisation et nouvelles mesures sanitaires

AgroParisTech - Université Paris-Saclay

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Bonne pratique : la conservation des données

J’ai déjà évoqué la question de la conservation des données, mais j’y reviens, parce que trouve le livre Responsible Science (vol 1, 1992), de l’Académie américaine des sciences. Voici ce que j’y lis (je traduis) :

De nombreux laboratoires gardent habituellement les données primaires pendant une période déterminée (3 à 5 ans) après qu’elles ont été obtenues. Les données qui sont à l’appui des publications sont généralement conservées pendant une période plus longue que celles qui ont déjà fait l’objet de résultats rapportés. Certains laboratoires de recherche considèrent qu’ils sont propriétaires des données et des cahiers de laboratoires. D’autres considèrent que c’est la responsabilité des individus qui ont obtenu les résultats d’en assurer la conservation, qu’ils soient ou non dans le laboratoire où ils ont obtenu les données.

Cette idée est générale, et pas propre à la science faite aux États-Unis : c’est une bonne pratique de conserver les résultats de recherche (échantillons, spectres, cahiers de laboratoire) pendant une période "raisonnable", tout comme c’est une bonne pratique de bien conserver des traces de tous les travaux effectués, surtout pour les résultats publiés ou qui sont la base d’autres travaux.
Évidemment, il faut exercer son jugement : il n’est pas utile de conserver des échantillons qui se dégradent, par exemple, et ce n’est pas le peine se conserver des produits qui seront jetés par nos successeurs ! Inversement, je peux témoigner d’avoir eu en main des échantillons de composés préparés par Louis Pasteur ou son élève Jungfleisch, et ils étaient très intéressants... car un siècle après, on a pu voir des témoins historiques. Certes, c’est un peu du fétichisme, mais ne conserve-t-on pas les cathédrales, ou la Tour Eiffel ? Ou des incunables ?

Dépassons les sentiments, et considérons surtout l’avancée des sciences. Nous devons pouvoir justifier que les résultats que nous pensons avoir obtenus (je parle aussi bien des résultats que des interprétations) sont tels que nous le disons. A qui présenter cette justification ? A nous-mêmes, tout d’abord, puis à des rapporteurs, d’article, de thèse, par exemple, Non pas que l’on nous croie pas, mais surtout parce qu’il peut y avoir des interprétations différentes d’un même résultat. Et c’est ce qui peut pousser à reprendre des échantillons pour les réanalyser.
D’ailleurs, il arrive que nous ayons envie de ré-analyser des échantillons que nous avons conservés, parce que nous pouvons y voir ultérieurement autre chose que ce que nous avions vu initialement, à l’aide d’idées théoriques préliminaires.

Bref, il ne faut pas être trop rapides dans les "rangements", et c’est un "postulat, pour notre groupe de recherche, que de garder tous les échantillons. Tous !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2020 © AgroParisTech - Mentions légales