English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Comment expliquer ?

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent m’aider à faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à me proposer des améliorations en m’envoyant un email à : icmg chez agroparistech.fr

Comment expliquer ?

Il faudra que j’examine aussi la question "Comment comprendre ?", car elle me semble bien proche : si je ne sais pas expliquer parfaitement, cela ne signifie-t-il pas que je ne comprends pas "parfaitement" ?
Cela étant, il faut commencer par poser la question "Pourquoi expliquer ?", ou encore "Faut-il expliquer ?", avant de se demander "Comment expliquer ?" ! Car si l’on vise l’autonomie de nos amis, pourquoi ne les pousserions-nous pas à comprendre par eux-mêmes, en autonomie ?
Bien sûr, cela suppose des documents pour que nos amis puissent comprendre par eux-mêmes, mais :
- il y en a plein internet
- laisser nos amis chercher, c’est les habituer à aller chercher, sans se reposer sur quelqu’un qui leur donne la béquée.
Bref, faut-il vraiment expliquer ? Je propose de laisser la question sans y répondre vraiment.

Quand je fais un inventaire des explications, je vois quand même que la plupart semble partir du connu pour aller vers l’inconnu.
Evidemment, on peut concevoir de donner à nos interlocuteurs une phrase incompréhensible que l’on décortique ensuite, mais alors, puisqu’ils ne la comprennent pas, qu’ils ne comprennent donc pas l’objectif de l’explication, pourquoi la donner ?

Décidément, je n’arrive pas à penser que l’on doive faire ainsi, et je préfère de loin aller lentement du connu vers l’inconnu.

Oui, lentement, car on nous suit difficilement si nos pas sont trop grand. Autre façon de le dire : les petites bouchées sont plus faciles à avaler que les grosses, raison pour laquelle on mastique pour diviser l’aliment avant de déglutir.

D’ailleurs, je crois préférable, quand on emmène quelqu’un avec soi vers l’état "une explication donnée", que l’on fasse suivre un chemin peut-être expliqué à l’avance, mais, en tout cas, pour lequel les pas ne seront pas de géants. Nous devons marcher lentement, et nous assurer qu’ils nous suivent. Mieux dit : il vaut mieux marcher à leur rythme, pas au nôtre.

Cela dit, je vois que reprendre le chemin historique qui a conduit à la découverte de ce que l’on veut expliquer est parfois c’est une bonne chose, à condition d’être capable de ne pas se perdre dans les méandres de l’histoire.
Bien sûr, comme pour la consultation d’un dictionnaire, on s’amusera des méandres de l’histoire, on admirera en chemin les avancées des scientifiques du passé, on ne perdra pas son temps si l’on entre un peu dans le détail de l’histoire... mais on ne devra jamais oublier que l’objectif est que nos amis comprennent le point que l’on tente d’expliquer. Et puis, il faudra prendre garde de ne pas allonger trop le chemin, sans quoi nous fatiguerons nos amis. Bref, souvent, il est important d’arriver aussi vite que possible au point visé.

D’autant que, le plus souvent, nos amis ne comprennent pas parce qu’il leur manque des bases, c’est-à-dire la connaissance d’objets ou de notions qu’ils sont découverts il y a longtemps, mais qu’ils n’ont pas toujours bien compris alors, et dont ils ont même oublié l’existence. Là, c’est grave, car on ne peut pas construire sur des sables mouvants, et il faut reprendre à la base, commencer par établir des fondations solides.

Une autre façon d’expliquer consiste à simplifier le problème, à prendre un exemple aussi simple que possible, à réduire le nombre de dimensions du problème considéré...
Cette stratégie est excellente quand on calcule, car elle permet de mieux percevoir la méthode, le chemin.

Avec une question récente sur la mécanique quantique, j’analyse maintenant que la présentation d’expériences fondatrices est également utile : pour la mécanique quantique, c’est l’expérience des fentes d’Young, qui fut un obstacle terrible à la constitution cette mécanique quantique.
Cette explication pourrait venir en plus de la présentation historique de ce que l’on a nommé la "catastrophe ultraviolette" qui a conduit le physicien allemand Max Planck à découvrir les quanta, le fait que l’énergie puisse être communiquée de façon discontinue, et non pas continue.

Évidemment, quelle que soit l’explication, la question des mots est essentielle, car il est certain que nos amis auront du mal s’ils ne captent pas les mots individuels des explications. Ce matin même, l’un d’entre eux hésitait sur "irrémédiablement", un autre sur "glauque", un troisième sur "rutilant", un quatrième sur "énergie"... Il y a donc lieu de s’assurer que chaque mot est bien compris.
D’ailleurs, puisque cette question des mots est posée, on prendra garde à n’utiliser que des mots simples, avec aussi peu de syllabes que possible, compréhensibles par tous (éviter "ontologique", "paradigmatique", etc.), mais, aussi, à éviter des mots superflus, selon le bon principe selon lequel tout ce qui est superflu est gênant.

A propos des mots, on évitera le jargon, voire les trop nombreuses abréviations, car si elles ne sont pas familières, elles imposeront des "traductions mentales" qui ralentiront nos amis, voire les feront trébucher.
Bien sûr, il y a des "clichés" qui, aussi, sont néfastes, et qui font tomber beaucoup des étudiants. Je pense à "niveau d’énergie", qui peut utilement être remplacé par "énergie".

Et des mots, passons à la structure des phrases : évidemment, on priviligiera des phrases simples (sujet-verbe-complément) et courtes.

Et là, il y a des choix à faire pour ne pas non plus se perdre dans des explications trop longues.

Dans mon examen des méthodes d’explication, je dois évidemment me souvenir du Théétète de Platon, pour lequel un ensemble de questions et réponses (la méthode nommé maïeutique) a montré à un jeune esclave avait en lui la connaissance du fait que la racine carrée de deux est irrationnelle. Je l’explique pas ce dont il s’agit, mais je veux insister sur le fait que Platon nous a beaucoup ébloui, au sens littéral du terme et que nous devrions nous méfier des mythes qu’il a construit, notamment celui qui consiste à penser que nous avons déjà tout en nous et que c’est seulement en le sortant de nous-mêmes que nous arriverons à savoir que nous le savons.
Je ne brûle pas complètement ce que j’ai adoré, mais j’observe que si la méthode de la maïeutique est extraordinaire, efficace, merveilleuse, le mythe propagé par le dialogue évoqué doit être oublié.

D’autres méthodes ? Hier, avec un jeune ami, nous avons regardé un document que j’avais rédigé pour expliquer un point de chimie, et en le lisant mot à mot, et en l’interrogeant sur chaque terme, j’ai vu combien mon document était imparfait.
Il faut dire que mon ami est une de ces personnes remarquables qui osent dire quand elle ne comprennent pas, ce qui est une qualité essentielle.
Bref, grâce à lui, j’ai considérablement amélioré mon document. Bien sûr, j’avais des excuses, puisque j’avais écrit ce texte que nous avons regardé en plus de mon travail en quelques sorte, mais quand même, j’ai vu que j’étais un peu snob, un peu rapide, et que, de ce fait, mon impatience me conduisait à ne pas expliquer suffisamment. J’ai vu aussi des imperfections de détails : un mot qui manquait, une faute d’orthographe, un symbole insuffisamment présenté, expliqué... Le texte est maintenant corrigé, mais, en relisant, je vois bien mieux qu’il y aura lieu de développer encore un peu, au moins pour l’ami que j’évoque.
Bien sûr il y en a d’autres amis qui ont déjà nombre de notions que j’ai détaillées pour la personne que j’ai évoquée, et ils trouveront peut-être mes explications détaillées un peu pesantes... mais, au fond, je les invite à ne pas être rapides, impatientes, car l’histoire des sciences a trop souvent montré que c’est en revenant aux notions élémentaires que l’on faisait les révolutions scientifiques les plus profondes. Et puis, cela faire rarement du mal de s’assurer que nous avons bien compris nous-même.
Personnellement, il m’arrive excessivement souvent de reprendre des idées très élémentaires il m’interroger, je n’ai jamais regretté d’y passer un peu de temps parce que, regardant avec des points de vue différents, puisqu’ils ont changé avec le temps (pensons à Héraclite pour qui tout coule), j’ai vu les choses différemment, et j’ai mieux détecté des zones d’ombre qu’il me fallait éclairer.

Dans les méthodes d’explication, je ne veux pas oublier la manière qui consiste à bien distinguer ces diverses catégories que sont les informations, les méthodes, les concepts, les valeurs, les anecdotes. C’est ainsi que je structurai naguère des cours, et le fait de bien situer mon discours dans ces catégories semble avoir aidé mes amis.
En prenant garde aux "histoires" que l’on raconte : certes, beaucoup aiment cela, ce qui leur permet de ne pas décrocher ("Si Peau d’Âne m’était conté, j’y prendrais un plaisir extrême, disait Jean de la Fontaine), mais on évitera que nos interlocuteurs ne soient fascinés par les histoire au point de perdre l’idée que c’est le contenu de l’explication, le fond, qui importe.

Et puisque j’évoque mes cours, je vois que j’aurais dû renvoyer vers mon blog sur la rénovation des études supérieures, car il y a un énorme groupe de billets qui discutent les différents aspects des études : n’est-ce pas la question évoquée ici ?
Voir http://www2.agroparistech.fr/-A-propos-d-etudes-superieures-mais-pas-seulement-.html

Et la s’impose une autre discussion à propos du formalisme, qui nous permet de penser un peu automatiquement, car c’est comme une machine dont on tournerait la manivelle et qui produirait automatiquement des conséquences, des conclusions, des idées qu’on avait pas et qui apparaissent merveilleusement.
J’aime évidemment beaucoup cela, et c’est la raison pour laquelle je partage avec Galilée son idées extraordinaire selon lequel le monde est écrit en langage mathématique. Au fond, c’est cette idée qui me fait lever le matin : cette adéquation les mathématiques avec les phénomènes.

Et cette question du formalisme me conduit à celle de l’abstraction : j’aurais dû me souvenir plus tôt de cas pathologiques, par exemple cette élève à qui je donnais des cours particuliers, il y a 40 ans, et qui ne parvenait pas à comprendre qu’une lettre puisse représenter plusieurs quantités à volonté. Évidemment son accès au formalisme algébrique était impossible, de sorte que j’avais dû lui conseiller de ne pas chercher à comprendre certains points particuliers, mais les accepter et faire fonctionner le formalisme automatiquement, comme un outil que serait un marteau ou un tournevis.

Je dois également me souvenir des difficultés de nombreux camarades, au moment des mathématiques modernes, notamment avec la notion de classe d’équivalence.
J’ajoute qu’il est amusant que les mêmes qui critiquaient les mathématiques modernes pour leur abstraction ne voyaient pas de difficultés à imaginer des droites, en géométrie, sans épaisseur, infiniment fines.

J’en suis là, et je vois que ce billet doit se poursuivre, à mesure que j’identifierai des méthodes d’explications, à moins que des amis ne m’en donnent pour ma "collection".

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales