English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Conseils pour la rédaction d’un manuscrit de thèse : comment citer les mauvais articles 2/N

Citer des articles scientifiques ? Il y a lieu d’être plus circonspect qu’on ne l’est souvent, et la question qui demeure lancinante est la suivante : que faire des informations données dans les mauvais articles ?

On se souvient que les propos émis dans ce blog n’engagent qur leur auteur... qui persiste et signe !

Dans un manuscrit de thèse, on ne cesse de citer des articles.

Dès l’introduction, la moindre phrase doit être validée, et elle ne peut l’être, à ce stade, que par référence à d’autres auteurs, qui l’ont validée expérimentalement. Puis, quand on analyse l’état de l’art, c’est évidemment le moment où les références à d’autres sont constantes. Là encore, une phrase, une ou plusieurs références.
Les Matériels & méthodes ? Les méthodes doivent être validées, ce qui impose de justifier nos choix. Les matériels ? De même.
Puis, lors des interprétations, lors des "discussions", il faut comparer ce qui est obtenu expérimentalement à ce que d’autres ont obtenu.

Bref, on cite sans cesse d’autres auteurs, et c’est d’ailleurs bon signe, parce que cela prouve (rappelons que nous sommes de ceux qui ont de bonnes pratiques et qui, de ce fait, ne citent que des articles qu’ils ont lus !) que l’on a beaucoup lu, donc beaucoup appris, ce qui est un des objectifs des travaux de thèse.

Oui mais

Oui, mais on garde en mémoire l’idée qui motive la citation d’une publication : on veut établir un fait. De sorte que les articles cités doivent être bons !
Comment, tous les articles publiés ne sont-ils pas bons ? Après tout, ils ont été évalués par des pairs, n’est-ce pas ? Oui, mais.... Oui, mais je sais, pour avoir être souvent rapporteurs, dans de grandes revues internationales, que ces dernières publient des manuscrits pour lesquels j’ai soulevé des objections factuelles désastreuses ! Je sais, pour faire soigneusement ma bibliographie, qu’une proportion notable de publications sont mauvaises. Je me suis exprimé ailleurs, de sorte que je ne vais pas y revenir ici, mais je propose que nous nous contentions de l’idée selon laquelle beaucoup de publications sont mauvaises.

Ne pas les citer ? C’est s’exposer à ce l’on nous reproche justement de ne pas les avoir vues (et lues).
Les citer ? Donner leurs informations sans les critiquer, c’est devenir aussi mauvais qu’elles. Les critiquer ? il y a façon et façon de le faire, mais, en tout cas, il n’est pas interdit de signaler qu’une expérience n’a pas été répétée, ou bien qu’un temps de relaxation était trop court pour que l’on obtienne une donnée quantitative admissible, ou bien qu’une règle de bonne pratique n’a pas été appliquée : de la sorte, on ne "critique" pas, mais le fait d’être factuel est peut-être encore plus dévastateur.
En tout cas, il y a ce fait que le travail bibliographique vise non seulement faire le tour complet des publications, mais aussi à faire leur évaluation, avec notamment des confrontations et des synthèses.

La question la plus ennuyeuse, à propos des mauvaises publications, c’est de savoir quoi en faire. Imaginons une information transmise par une telle publication, fut-elle une information plausible. Pouvons-nous vraiment la reprendre pour nos raisonnements, sachant qu’il y a une probabilité qu’elle soit fausse ? C’est imprudent, risqué. Un de mes amis a vraiment raison de dire que "donnée mal acquise ne profite à personne" ! Les mauvaises publications sont une plaies, et les scientifiques paresseux sont bien plus nuisibles que de simples édredons. Ils n’ont qu’un mérite, que je trouve par analogie avec les philosophes qui nous proposent de tester notre bonne humeur avec de petites contrariétés : les mauvais articles sont des exercices de vigilance, et ils nous conduisent à approfondir nos recherches bibliographiques pour aller détruire les idées qu’ils propagent. Ce faisant, nous tomberons bien, un jour ou l’autre, sur des articles merveilleux !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales