English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Des cours "peu stimulants" ?

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme de jeunes collègues, ou, mieux, comme des collègues, mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade.

Je lis sous la plume de collègues plus jeunes que "les cours sont bien souvent peu stimulant intellectuellement et peu intéressants, et que le gain de connaissance ou de savoir-faire après un an ou un module n’est que peu significatif."

C’est là une déclaration terrible, parce qu’en réalité, c’est moins le contenu des cours que leur mise en œuvre qui est véritablement critiquée.

Mais il y à beaucoup à dire à propos d’une telle phrase.
Tout d’abord, à propos du contenu discuté pendant les cours : on n’oubliera pas que l’ennui ne naît pas de l’uniformité mais de la désinvolture. Car, en réalité, la moindre notion scientifique est passionnante. Tiens, par exemple, l’ élémentaire produit scalaire, que l’on apprend en mathématiques : comment ne pas s’étonner de la forme particulière qui est la sienne ? Ou la divergence de la somme des termes égaux à l’inverse de n à la puissance k , où n est un nombre entier : comment cela se fait-il que cette somme diverge quand l’exposant est plus grand que 1, alors qu’elle converge autrement ? Cela est si extraordinaire que certains de mes amis mathématicien qui arriveraient au ciel se hâteraient de demander à Dieu pourquoi 1 est une limite particulière.
Bref, le contenu n’est pas en cause, et c’est son traitement qui doit être discuté... en se souvenant que les professeurs qui professent doivent susciter l’enthousiasme, en même temps qu’ils cartographient un sujet, qu’ils le balisent, qu’ils expliquent comment l’étudier.

Mais il y a surtout lieu de dépasser la lutte des classes, jeunes collègues contre professeurs, et il faut sortir par le haut de l’opposition. C’est ce que j’ai proposé il y a déjà quelques années en disant que la question n’était pas pour les professeurs d’enseigner mais pour les étudiants d’apprendre. Les professeurs doivent être à leur service pour cela. Et les étudiants, majeurs selon la loi, avec le droit de vote, doivent prendre leurs responsabilités, doivent étudier, sans supporter d’être des oies que l’on gaveraient.
Quant aux professeurs, je vois mal l’intérêt pour la collectivité qu’ils refassent ad nauseam les mêmes cours, copiés sur ceux de collègues et parfois légèrement amendés... sans être toujours améliorés (j’ai des exemple de cours recopiés avec des fautes introduites !). En réalité, ce qu’on leur demande est bien plus difficile : il s’agit plutôt de conseiller des lectures, des livres, des articles, des podcasts, que sais-je ?

Enseigner ? On verra, dans d’autres billets où je discute la métaphore de la montagne du savoir, que je veux des chercheurs très engagés dans une recherche très moderne, qui produisent des connaissances parfois difficiles, en tout cas intellectuellement stimulantes. Ceux-là ne seront pas nécessairement très bons pour expliquer, mais au fond pourquoi pas ? Albert Einstein lui-même disait qu’on ne comprends pas bien un sujet si on est pas capable de l’expliquer un enfant de dix ans.
Et puis, il faudra des professeurs qui sauront orchestrer les matières, les évaluations. Cela demande aussi une immense compétence.

Bref, il est aussi difficile d’être un bon étudiant que d’être un bon professeur. Labor improbus omnia vincit !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales