English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Descriptif des recherches

Sociologie de l’alimentation

→ Recherches sur l’emprise des préoccupations durables sur les pratiques quotidiennes de consommation alimentaire

Mots clés : alimentation durable, économie domestique, transitions biographiques, ruptures de routines, enquête ethnographique

Ces recherches sont menées dans le cadre du projet LOGICADU (Logiques de consommation autour de l’alimentation durable), coordonné par Séverine Gojard et Sophie Dubuisson-Quellier, et financé par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Ce projet consiste à interroger la manière dont pratiques et représentations liées à la consommation alimentaire donnent à voir des « logiques » de consommation, autrement dit des « rationalités » de consommateurs, qui laissent plus ou moins de place au souci de préservation de l’environnement. La recherche vise à restituer les pratiques respectueuses des recommandations environnementales au sein des routines et plus largement des cohérences de l’économie domestique, en fonction de l’appartenance des individus à un groupe social, familial et générationnel. Elle présente la particularité de porter sur des ménages ordinaires, c’est-à-dire non militants, ni engagés dans une cause environnementale.

Nous nous intéressons actuellement aux ruptures : celles occasionnées par des changements dans le cycle de vie, les transitions biographiques ; elles apparaissent en effet comme des moments de reconsidération des pratiques ou des normes qui les régissent, et rendent dans certains cas les ménages plus sensibles à des enjeux de protection de l’environnement, ou plus enclins à adopter des pratiques conformes à ces enjeux – même s’ils le font pour d’autres raisons. Outre les transitions biographiques, les ruptures de routines (week-ends, vacances, sociabilité familiale ou amicale) entraînent aussi une modification des pratiques, et peuvent donc contribuer à une réorientation vers des pratiques quotidiennes plus durables.

Sociologie des sciences et des techniques

Mots clés  : science-société, sciences du vivant, biologie de synthèse, biologie de garage, sciences citoyennes, intermédiation, communautés épistémiques, musées, expertise, démocratie, innovation, débats, controverses, émergence, géographie et frontières des sciences

Cet axe de recherche s’intéresse aux rapports entre sciences, techniques et sociétés. Il s’agit notamment de comprendre les débats et les nombreuses controverses actuelles autour des questions environnementales et technoscientifiques - biologie de synthèse et « de garage », biocarburants, OGMs, sciences citoyennes, etc. L’approche adoptée, inspirée des science and technology studies, est interdisciplinaire : sociologique, pour aborder les sciences et les technologies dans leur contexte social, culturel et politique ; géographique, en s’intéressant aux lieux, objets et frontières des pratiques scientifiques ; et « embarquée » à travers des collaborations avec des collègues d’autres disciplines et les acteurs du terrain.

Trois thématiques de recherche :

1. émergence, gouvernance et mise en débat de nouvelles formes de la biologie. Cas d’étude : biologie de synthèse.

2. lieux et pratiques de l’intermédiation des savoirs. Cas d’étude : les knowledge brokers (courtiers du savoir) et les musées des sciences.

3. coproduction de connaissances entre amateurs et professionnels et frontières des sciences. Cas d’étude : histoire naturelle, do-it-yourself biology (biologie de garage) et innovation ouverte en agriculture.

Sociologie rurale et socio-anthropologie de l’environnement

Il s’agit d’analyser les transformations et recompositions du monde rural (au Nord et au Sud), en suivant en particulier les mutations vécues par le monde agricole, les formes d’écologisation de l’agriculture, comme ses capacités à innover et résister face à des modèles dominants. Bien que l’environnement se décline à différentes échelles, sa dimension territorialisée est considérée comme fondamentale. L’action environnementale liée à des objectifs de conservation et/ou de gestion, redessine les contours de la ruralité et de la localité, justifie d’autres usages, génère des discontinuités et des fragmentations. Elle peut stigmatiser certaines pratiques et discréditer des franges de population, ou au contraire requalifier des savoirs et des groupes sociaux. Ces travaux sont conduits au sein de l’UMR SADAPT (UMR INRA/AgroParisTech), dans l’équipe « Proximités ».

Sociologie du risque et des futurs

La notion de « société du risque » permet d’éclairer de façon nouvelle les nombreuses affaires qui ont éclaté depuis la fin des années 1970 (amiante, sang contaminé, vache folle), et les différentes catastrophes majeures comme Tchernobyl (1986) ou les catastrophes « naturelles » (inondations, séismes, etc.). Depuis, d’autres paradigmes ont vu le jour, suite aux changements d’échelles d’effets se poursuivant sur des durées difficilement maîtrisables. Ainsi, celui de l’anthropocène propulse la sociologie vers une « sociologie des futurs » dont le défi est de vouloir « rendre visibles les enjeux à la fois épistémiques et axiologiques de toute controverse sur les temporalités » et de donner des outils de valuation6 des nouveaux enjeux auxquels la société se trouve confrontée. Ces travaux se font en lien avec le Laboratoire Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR), Unité propre de l’EHESS, et le GIS, Groupement d’Intérêt Scientifique Participation du public, décision, démocratie participative.

Sociologie de la pratique des affaires, du management et des entreprises

- Recherches sur les entreprises, le management, les managers et la pratique des affaires (Michel Villette, Bernard Colas, Stéphane Durin, Nacima Abanne, Ekatarina, Paulina Bidgunis, Hue Ku).

Mots clefs  : ethnographie des situations de travail, multinationales, élites économiques, entrepreneurs, dispositifs de gestion, capitalisme, fusions-acquisitions, conseil en management, gestion internationale des ressources humaines, management du changement

Ce programme est conduit en coopération avec le Centre Maurice Halbwachs et en liaison étroite avec l’Ecole de Paris du Management. Il associe cinq doctorants et donne lieu a de nombreuses publications ( voir infra, la bibliographie).
En 2010, il se déroule selon deux axes :
- Continuation des travaux sur la sociologie du conseil en management : Nacima Abanne travaille sur l’internationalisation des études de marché ; Stéphane Durin travaille sur la relation de conseil privés avec des organismes publics ; Paulina Bidgunis travaille sur le développement du métier de coach en France, en Pologue et en Allemagne ; Hu Ku travaille sur l’audit des établissements médico-sociaux en France et en Chine ; Ekatarina travaille sur l’externalisation de la gestion des ressources humaines.
- En liaison avec des chercheurs brésiliens ( Université de Sao Carlos et Université de Sao Paulo) et de l’Institut de Sociologie de l’Université de Varsovie en Pologne, Michel Villette analyse le devenir d’établissements industriels qui changent fréquemment de propriétaires et étudie l’impact de ces changements de contrôle, sur les populations concernées.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales