English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Interview de Jean-Hugues Berrou

Interview de Jean-Hugues Berrou "disputeur" actif et réalisateur des films des Disputes d’AgroParisTech

Cette année les Disputes d’AgroParisTech s’intéressent à la relation Homme-Animal. Comment s’est fait le choix de cette thématique pour la 2e édition des Disputes ?

Jean-Hugues Berrou : C’est une suite naturelle du premier cycle des Disputes, consacré à l’agriculture urbaine.Notre rapport au vivant se modifie depuis que nous vivons maintenant majoritairement en ville. L’agriculture urbaine permet de se réapproprier un peu de notre alimentation – même si c’est d’ordre surtout symbolique. Elle nous replace aussi dans l’observation des cycles lents : semer… attendre… retrouver les saisons.
Il est logique que notre rapport à l’animal soit aussi interrogé, parce que là encore un contact s’est rompu. L’animal - pour nous autres urbains – c’est de plus en plus un animal façonné, domestiqué, ou croisé dans des zoos, sans oublier tout le bestiaire imaginaire qui habite la chambre des enfants. Drôles d’animaux… Eux-mêmes déconnectés de leur environnement.
Mais la réalité de ce rapport est surtout à chercher dans nos assiettes. Et cela soulève des questions brutales. Parce que ce sont des questions d’ordre moral qui vont être posées : a-t-on le droit d’élever des animaux à seule fin de les manger ? Comment cet élevage de plus en plus massif modifie notre environnement ? Et enfin, a-t-on le droit de transformer le vivant ? Ce sont ces trois questions qui vont structurer les trois débats de cette année. On peut s’attendre à ce que ce soit… disputé !

C’est la sensibilité de chacun qui se trouve mise en jeu. Et les différents points de vue qui s’affrontent ne sont pas toujours prêts à se rencontrer, ni à s’écouter. Cela va être un peu plus compliqué que de parler de potagers en villes… même si j’adore les tomates qui poussent dans le mien.

La question posée pour le 1­­­er débat du cycle est « L’animal : un meuble comme les autres ? ». Avec cet intitulé, il s’agit de provoquer le public ?

Oui, c’est clairement provocateur. Et d’ailleurs, ce titre a fait débat à l’intérieur de l’établissement. C’est bien que les Disputes commencent là - avant même le premier débat !
On pouvait penser que nous allions faire la part belle au point de vue de ceux que l’on dit « animalistes », c’est-à-dire ceux qui sont attachés à la défense des animaux. Mais ce titre fait surtout référence au droit français, qui pour le moment considère l’animal comme un bien « meuble ». Chacun sait que plusieurs initiatives législatives cherchent à faire évoluer ce statut juridique de l’animal. Enfin, avec ce titre aussi, nous annonçons que nous n’allons reculer devant aucun tabou…

Pour répondre à cette question, vous avez décidé de réunir autour de la table des experts issus d’horizons très différents. Que pouvez-vous nous dire de vos invités ?

Laurence Abeille, députée écologiste, est à l’origine d’une de ces propositions de loi, et nous sommes ravis qu’elle ait accepté
de venir en débattre. Je pense qu’elle aura fort à faire devant des opposants comme Jean-Pierre Digard, ethnologue au CNRS qui lui est très sceptique devant cette nouvelle sensibilité au bien-être animal. Donner des droits est en effet complexe, si on ne peut pas aussi définir des devoirs de la part des animaux. Jean-Pierre Digard se définit comme un « spéciste », c’est à dire
qu’il pense que l’homme n’est pas un animal comme les autres. Tout le contraire de Brigitte Gothière, qui anime la rédaction des cahiers antispécistes, qui eux militent contre ces barrières entre les hommes et les animaux. Ils ls cherchent à réinventer cette relation, ce qui ouvre sur des perspectives assez étonnante. Brigitte Gothière a aussi cofondé le mouvement L214. C’’est aujourd’hui le mouvement de défense des animaux le plus actif en France. L214 s’attache surtout au bien-être des animaux
d’élevage, c’est à dire ceux que l’on ne voit pas. Elle. Enfin Etienne Verrier, enseignant chercheur à AgroParisTech aura la lourde tâche de porter le point de vue du zootechnicien et généticien qu’il est !

L’année dernière le cycle portant sur l’agriculture urbaine était adossé à un film documentaire qui a avait été diffusé en introduction de la 1­re rencontre. Qu’en est-il pour cette 2­e édition, est-ce qu’un film sera projeté jeudi prochain ?

Oui, ce sont deux séquences d’une vingtaine de minutes. C’est un peu une mèche pour amorcer le débat ! On découvrira l’historien Eric Baratay dans la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. Il nous parle de l’histoire de cette mise en scène des animaux… où les orangs-outans se transforment en intermittents du spectacle… de ce spectacle très particulier que tiens à renouveler régulièrement homo sapiens. Bref, c’est passionnant. Ensuite, il y aura le témoignage d’un éleveur breton – qui gère une exploitation de vaches laitières dans le Finistère. Les éleveurs ont été très souvent montrés du doigt ces dernières années, mais on n’a pas toujours pris le temps d’écouter ce qu’ils avaient à nous dire… Encore une fois, c’est bien le rôle de ces Disputes de donner la parole à chacun !

Quel public attendez-vous jeudi, à qui s’adressent Les Disputes ?

Les questions du vivant sont au cœur de grands débats qui agitent notre société - et l’école doit y prendre toute sa part. Ces questions sont bien trop graves pour les laisser aux journalistes pressés ou aux vendeurs de peur ! Les documentaires et articles qui en traitent le font souvent avec un point de vue très alarmiste, ou manichéen. Notre objectif est au contraire d’offrir le maximum de clefs de compréhension pour aborder des sujets complexes. Pour que chacun puisse se forger son propre point de vue – sans être l’otage de rhétoriques simplistes ou d’images choc. Pas facile à tenir, mais il faut à tout prix tenter le pari !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales