English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

L’absentéisme ? Je m’en moque !

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme de jeunes collègues, ou, mieux, comme des collègues, mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade.

Dans une discussion avec des collègues plus jeunes, il est question d’absentéisme, ce qui me donne l’occasion d’analyser la chose. En un mot, je suis très opposé à l’obligation de présence qu’imposent certaines institutions de formation, et j’observe aussi que l’absentéisme peut être un symptôme qui révèle que des professeurs sont mauvais.
Evidemment, tout cela est bien cru, et mérite d’être nuancé, et examiné cas par cas.

À propos d’absentéisme ma position est toutefois claire. Si un étudiant n’a pas envie d’être présent devant un professeur, alors il est inutile et même contre-productif de vouloir le forcer. Bien sûr, une institution de formation peux trouver des tas de moyens pour obliger les étudiants à venir en cours, mais à quoi bon ? Si les étudiants ainsi forcés font autre chose pendant le cours, alors la mesure est inutile, et si les étudiants font du chahut, c’est l’ensemble du groupe qui en pâtit. Je préfère de beaucoup que ceux qui n’ont pas envie d’être présent ne soient pas présent, et je ne comprends pas, sauf pour des raisons imbéciles d’assurance, pourquoi certaines institutions qui devraient être "éclairées" ont des pratiques d’un autre âge.

Que faut-il ajouter à cela ? Par exemple le témoignage de mes classes préparatoires. Dans une des deux années que j’ai faites (je ne dis pas laquelle pour ne désobliger personne), le professeur de mathématiques était si mauvais que j’avais décidé de sécher tous les cours pour travailler chez moi, alors que j’avais résolu de suivre les cours de physique en me disant que, le professeur étant médiocre mais admissible, c’était un moindre mal. La sanction des concours a été sans appel : mes notes, en mathématiques, ont été excellentes, alors que mes notes de physique étaient médiocres, ce qui est un comble sachant que c’était la matière que je préférais, avec la chimie (surtout) !
Mais mon exemple ne vaut rien, et je préfère citer l’exemple de Jean-Marie Lehn, prix Nobel de chimie, qui, quand il étudiait Strasbourg,, avait de mauvais professeurs à l’exception de Guy Ourisson ; il était donc absent des cours... mais on le trouvait en permanence en bibliothèque, où il faisait ses propres cours à l’aide des ouvrages réunis. On a vu le résultat !

Derrière tout cela, je mets quand même en discussion les obligations de moyens et les obligation de résultat. On ne demande pas aux professeurs des obligation de résultat, mais de moyens et on a peut-être tort. On ne demande certainement pas aux médecins une obligation de résultat, mais seulement de moyens et on a bien raison, car le patient finira toujours par mourir un jour ou l’autre. Ce que l’on réclame du médecin, c’est une obligation de moyens : l’application des règles de bonnes pratiques édictées par les sociétés savantes.
Pour les études, la question n’est pas celle des professeurs, mais celle des étudiants et, de ce fait se pose la question de l’obligation de moyen ou de l’obligation de résultat pour les jeunes collègues. Or les diplômes qui sont attribués sur l’évaluation des connaissances et des compétences affichées dans un référentiel : il s’agit d’une obligation de résultats, et une obligation légitime, car un diplôme engage l’institution de formation par rapport à ceux qui veulent y venir et aussi vis à vis de leur "clients", à savoir ceux qui embauchent les diplômés.
Mais revenons à nos études, et nos étudiants. Ces derniers ont donc été avertis d’un référentiel, et ils savent que leurs compétences, connaissances, savoir-vivre, savoir-être, savoir-faire seront évalués. Si le référentiel est bien fait, alors il y a des items absolument obligatoires et d’autres facultatif, car si les compétences et connaissances sont facilement évaluables, on aura peut-être plus de difficultés à juger le savoir-vivre, par exemple, qui est très culturel : tel comportement admissible dans une culture donnée peut ne pas l’être dans une autre culture, ce qui pose des problèmes accrus en ces temps de mondialisation.

Bref, je considère que l’absentéisme n’est pas une vraie question pour autant que le contrat soit clair. Si le diplôme sanctionne seulement la présence à des cours, alors une présence suffit. S’il sanctionne des résultats, alors la présence ne doit pas être obligatoire. Le contrat pourrait-il sanctionner à la fois la présence à des cours et les résultats ? Ce serait sans doute unique, et aussi insupportable qu’inique. Et puis, si on en revient d’objectif, cela serait idiot.
Mais allons plus loin, et considérons que l’objectif est que l’élève doive dépasser le maître : alors faut-il vraiment condamner les élèves à écouter le maître, à observer ses insuffisances ? L’exemple de Jean-Marie Lehn donné plus haut est la réponse par la négative à cette question.

Professeur, je veux que les étudiants étudient efficacement par tous les moyens imaginables. Je veux même qu’ils rapportes leurs moyens les plus efficaces, qu’ils les partagent avec l’ensemble du groupe. L’absentéisme ? Soyez libres d’étudier le mieux que vous pouvez et prouvez que vous faites bien !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales