English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

L’analyse d’un cas pédagogique intéressant

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme de jeunes collègues, ou, mieux, comme des collègues, mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade.

Dans notre groupe de recherche est venu une jeune collègue consciencieuse, soigneuse, attentive, soucieuse d’apprendre... En fin de stage, son université lui a demandé un rapport de stage, et j’ai eu la la confirmation du fait que j’avais raison de considérer ces rapports comme des exercices universitaire où je ne veux pas prendre part, et, d’autre part, j’ai compris que, quand je m’adressais à des collègues, je devais bien plus subdiviser que je le faisais.
Je développe ici ces deux points.

Cette jeune collègue n’a pas eu une bonne note à son rapport, alors que ce dernier est volumineux et qu’il était fondé sur des travaux bien faits. Les interactions avec son "enseignante référente", comme on dit, ont fait apparaître que les défauts du rapport, justement signalé par la jeune collègue, avaient été envisagés dans des documents que j’avais remis à l’étudiante. Par exemple, j’avais donné des documents relatifs aux matériels utilisés pour les expérimentations, relatifs à l’introduction, aux conclusions et perspectives, etc. Mais elle n’a pas appliqué les consignes.
La question n’est donc pas de savoir pourquoi la jeune collègue n’a pas eu une bonne note, mais de comprendre pourquoi elle n’a pas mis en œuvre des techniques qui lui ont été donnés. Je crois que la réponse est simple : il y a trop à la fois, tout d’un coup. Après coup, j’ai appris que c’était le premier rapport que cette jeune collègue faisait et que, de surcroît, elle n’avait jamais eu de formation à l’écriture des rapports.
Il y a donc lieu de lui donner cette formation (ou de l’inviter à l’obtenir).

Mais j’arrive au second point, qui part de l’observation du "il y a eu trop à la fois, tout d’un coup". Oui, la difficulté provient souvent de ce qu’une montagne arrive d’un coup sur le dos de nos jeunes collègues. Pour manger un gros morceau, il faut le diviser. Pour déplacer une montagne, il faut le faire pierre à pierre.
Je vois, de plus en plus, que nous demandons beaucoup aux jeunes collègues, et que nous aurions intérêt à subdiviser, et subdiviser encore. Bien sûr, ils perdraient en autonomie, mais quel est le premier objectif : faire bien, ou être autonome ?
Viendra bien le moment -plus tard !- ou l’on demandera de faire bien en parfaite autonomie, mais en attendant, contentons-nous d’aider à faire bien.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales