English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

La difficile question des "travaux pratiques"

Oui, ces billets n’engagent que moi : voir le blog de Herve This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos
- de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) a m’aider, en me proposant des ameliorations : icmg[at]agroparistech.fr

La question des travaux pratiques est bien difficile, car l’apprentissage des pratiques expérimentales crée des risques, coûte cher, prend du temps...

Pourtant, de telles séquences sont indispensables ! Au tennis, par exemple, si l’on nous dit qu’il faut taper dans la balle en avançant, il y a une terrible différence entre l’idée du geste et le geste lui-même. S’impose un entraînement pratique, avec la répétition du geste que l’on veut apprendre jusqu’à ce qu’il soit en place. Impossible d’apprendre cela en restant dans un fauteuil, dans un amphithéâtre.

En musique, aussi, cette idée prévaut : quand on joue du piano, il y a lieu de bien "mettre en place" la main gauche, la main droite, la lecture, le rythme, les intonations, etc., et c’est la raison pour laquelle de longues séances pratiques sont indispensables.

Pour la pratique scientifique ?

Là encore, il y a tant de choses à maîtriser simultanément que des séances d’entraînement s’imposent inévitablement. Je sais d’expérience que ceux qui apprennent ont besoin de temps et d’exercices pour ne pas oublier à ne pas mettre les produits et appareillage sur la rangée de carreaux la plus au bord des paillasses, pour ne pas poser le bouchon des récipients vers le bas (ce qui pourrait les souiller, et souiller par conséquence les produits qui sont dans les bouteilles que l’on refermera avec ces bouchons), pour pipeter correctement, pour prévoir la concentration des solutions, pour tirer du verre et réaliser des tubes capillaires réguliers, pour faire des coudes de diamètre régulier, à partir de verre qui soit ni trop chaud ni trop froid (ce qui se voit à la couleur de la flamme)...

Tout cela, tout cet apprentissage demande beaucoup de temps. Je me demande si nos façons de faire, dans les systèmes d’études supérieures, qui consistent à tout grouper dans les mêmes séances sont bien efficaces (c’est évidemment une litote !).

Pour le piano, par exemple, je sais d’expérience que je n’ai jamais réussi à mettre en même temps les deux mains et les pédales. J’ai besoin de faire un même geste élémentaire plusieurs fois afin de le bien comprendre et de le bien exécuter, et, rétrospectivement, je vois mal comment j’aurais fait sans tout le travail de laboratoire que je faisais à la maison depuis l’âge de six ans, week-end après week-end, vacances après vacances.
Jadis, nous avions créé le Défi expérimental : il s’agissait précisément de bien bouger les mains en même temps que de bien penser. C’était merveilleux de voir les élèves ou des étudiants faire aussi bien, et, d’ailleurs, je me souviens que les gagnants s’étaient beaucoup entraînés chez eux comme je l’avais fait moi-même : ils savaient bouger la tête et les mains... et ils gagnaient le concours. Faut-il s’étonner qu’on les ait retrouvés à l’Ecole normale supérieure, peu après ?

Combien de temps faut-il donner à ces apprentissages ? La question est difficile, et elle mérite d’être fondée sur l’analyse des objectifs... des jeunes collègues (l’expression signifie "étudiants").

Il y a ceux pour qui ces connaissances pratiques relèvent de la culture générale, et il suffit donc de leur faire découvrir sans qu’il soit question de leur en donner la maîtrise.

Inversement il y a ceux qui en feront leur métier et, alors, s’imposent absolument de longues séances et des répétitions, de sorte que les programmes de cadrage de ces pratiques devront explicitement envisager ces répétitions.

Il y a ceux qui devront diriger ceux qu’ils feront les gestes pratiques, et, là, il s’agit de leur montrer la subtilité de ces gestes, la compétence nécessaire pour bien les faire, mais il faudra aussi resituer ces gestes dans un contexte plus large, multidimensionnel, qui envisage des questions de sécurité, de qualité, de traçabilité...

Tout cela étant dit, je vois que j’ai parlé de tête et de mains. Il y a assez longtemps, j’ai discuté dans des billets de blog cette question de la relation entre la tête et les mains, notamment en cuisine, mais pas seulement, car je me souviens bien que Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel de physique et physicien théoricien, évoquait assez souvent ce mot allemand de Fingerspitzengefühl, sentiment du bout des doigts. Ayant largement discuté la question de savoir si la tête guide la main ou inversement, j’étais arrivé à la conclusion que les deux vont ensemble : il y a à la fois le raisonnement et la sensation, indissociable. Sans la tête, les mains font n’importe quoi, mais sans les mains, la tête ne pense pas bien. La "mémoire du futur" s’impose pour des expérimentations, pour des travaux scientifiques. Bref, dans tous les cas, une bonne dose de travaux pratiques s’impose... même si cela prend du temps et coûte cher : soit nous décidons de mal organiser les "enseignements", soit nous les faisons bien, et nous devrons alors inévitablement programmer des séances de travaux pratiques !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales