English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

La question des amphithéâtres

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme de jeunes collègues, ou, mieux, comme des collègues, mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade.

Des jeunes collègues se plaignent des "amphis" : ce sont ces cours magistraux, qui, pour certains, s’apparentent à des entonnoirs que l’on met dans la bouche des oies que l’on veut gaver. Evidemment, je ne cesserai jamais de critiquer s cette méthode inutile, inefficace, imbécile en un mot. Aristophane déjà disait qu’enseigner, ce n’est pas emplir des cruches mais allumer des brasier. Si un cours magistral vise à allumer des brasiers, alors, au contraire, il me semble essentiel. Et, en tout cas, je ne crois pas -c’est dit plusieurs fois par ailleurs- que ces séances de formation particulière aient pour but les études : cela relève seulement du cadrage des études, d’une volonté de donner du sens.
Et les jeunes collègues ont ensuite la responsabilité d’obtenir le savoir qu’ils désirent, d’approfondir leurs connaissances et leurs compétences en distinguant bien les deux

Mais je veux me détacher ici de la critique faite plus haut pour discuter la question générale des cours en amphithéâtre.
Comme toujours, je commence par poser la question : quel est l’objectif ?
Un amphithéâtre est un vaste espace où les sièges des auditeurs ont été organisés de telle façon que chacun puisse écoute et voir ce qui se passe sur la scène, c’est ainsi, en tout cas, l’idée qui a présidé à la construction de l’amphithéâtre de la Royal Institution à Londres, par Michael Faraday.
Que met-on sur la scène ? Soit une personne, soit plusieurs personnes, soit rien si l’on projette sur un écran, par exemple. J’analyse que projeter, c’est un peu comme mettre un professeur puisqu’il y a une personne qui parle. Bien sûr, c’est plus moderne et plus souple, amélioré, car la projection peut faire apparaître plusieurs personnes d’un coup, mais, surtout pour un visionnage, il y a l’avantage que l’on n’est pas obligé de visionner au moment exact de l’enregistrement et que l’on peut se réserver cela pour des moments qui nous seront personnellement plus appropriés.
Mais pour ce qui concerne les études, j’ai vis à vis des visionnage ou des cours ex cathedra cette réticence que le rythme n’est pas toujours le mien : parfois, c’est trop rapide, et parfois c’est trop long. On me dira que pour un livre aussi, il peut y avoir des passages trop lents et d’autres trop rapides, mais je répondrai alors que je peux changer de livre, mais que c’est faire un affront terrible à un intervenant qui parle, si je quitte la salle.

Mais qu’importe ce détail, et je reviens au cas précis que nos jeunes collègues discutaient, à savoir des professeurs parlant, de l’estrade, à des groupes d’étudiants. Cette pratique est-elle utile ? Intéressante ? Efficace au vu des objectifs de la formation ?
Quand on me met personnellement face un interlocuteur qui m’ennuie, soit je quitte la salle, soit je ferme les écoutilles et je travaille derrière l’écran de mon ordinateur portable (j’ai appris que certains professeurs veulent interdire les portables pour éviter cela !)... On le voit la question de l’amphithéâtre mérite d’être mieux analysée, en relation avec celle de la qualité des cours dispensés.

Mais assez traîné dans la boue : cherchons de la Lumière, levons le nez et considérons aussi le cas où l’on est captivé par l’intelligence de celui ou de celle que nous écoutons. Quel privilège qu’un bouquet d’intelligence ! Combien reconnaissant sommes-nous alors !
Voilà la leçon pour nos institutions de formation : nous ne devons imposer à nos jeunes collègues que la crème de la crème, sans quoi c’est une punition, et même pire, cela décrédibilise l’ensemble du dispositif que nous cherchons mettre en œuvre en vue d’études efficaces !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales