English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

La question des questions : étincelle ou pas ?

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent m’aider à faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à me proposer des améliorations en m’envoyant un email à : icmg chez agroparistech.fr

Un collègue qui prépare ses enseignements imagine, sur mes conseils, d’attirer ses élèves par des expériences qui leur donneront ensuite l’envie d’aller plus loin dans sa discipline. Les expériences sont déterminées, sur la base de la surprise, de la gourmandise, que sais-je, et la question est donc maintenant, par des questions, de les inciter à aller plus loin, à partir du tremplin expérimental/culinaire initial.
Je le vois qui cherche des séries de questions pour conduire les élèves dans des directions qu’il souhaite, et l’on comprend que son questionnement vaut pour toutes les sciences de la nature que sont la chimie, la physique, la biologie...

Bref, la question se pose donc de savoir quelles questions poser.

Bien sûr, on peut décrire les phénomènes que l’on observe quand on fait les expériences et s’interroger sur tous les termes qui apparaissent lors de ces description : cela correspond environ à ce que j’avais proposé dans la "méthode du soliloque".
Mais je me souviens aussi avoir proposé une classification des questions en questions étouffoir et questions étincelle, les noms de ces deux types de questions étant choisis évidemment pour montrer que certaines questions sont plus fructueuse que d’autres. Des questions étouffoir : on étouffe l’intérêt. Des questions étincelles : on allume un brasier de connaissance !
Et c’est ainsi que j’ai les deux exemples suivants. Si je demande à quelqu’un l’heure qu’il est et qu’il me répond, la discussion s’arrête ; c’était là une question étouffoir. En revanche, si je fais observer que l’estomac, fait de viande, digère la viande, et si je demande alors pourquoi l’estomac ne se digère pas lui-même, alors j’ai posé une question qui ouvre la discussion, une question étincelle.

La question que je pose maintenant est de savoir comment produire de telles questions fructueuses.

Observons que les paradoxes ont un rapport avec les questions étincelles. D’ailleurs, l’exemple de l’estomac était paradoxal. Tout comme le paradoxe d’Olbers, à propos de l’obscurité du ciel nocturne. Toutefois la vie ne se réduit pas aux paradoxes, et il y a mille questions intéressantes sans être paradoxales : pourquoi le ciel est-il bleu ? Pourquoi les pommes tombent-elles, au lieu de quitter l’arbre vers le haut ?
Mon problème, avec cette question que je me pose sur les questions étincelles, c’est que je vois des questions merveilleuses partout. Par exemple, à la fin de l’été, les feuilles qui étaient vertes jaunissent ; pourquoi ? Je vois le soleil se lever chaque matin du même côté de ma maison ; pourquoi ? Et pourquoi de ce côté-là ? Je vois des trous dans les feuilles de mes plantes ; pourquoi ?
On a compris que les phénomènes naturels sont une source inépuisable de questions, qui, toutes, peuvent me conduire vers les études scientifiques. Bien sûr, on peut discuter de savoir si la science est dans le pourquoi ou dans le comment, mais c’est là une subtilité qui m’intéresse moins que d’observer l’enfant interagir avec l’adulte, à ce jeu des questions qui s’enchaînent à l’infini : "Et pourquoi... Et pourquoi... Et pourquoi...". Ici, l’art de l’adulte consiste à aider l’enfant à se lancer lui-même dans des explorations... ce qui est difficile, car précisément, la question n’est pas le pourquoi, mais l’interaction avec l’adulte.
Oui, il y a une difficulté à savoir ne pas tuer la curiosité, mais se préserver un peu, et, si possible, conduire l’enfant à de l’autonomie, à l’apprentissage de l’activité solitaire de l’étude.
Cette analyse peut nous être utiles, pour notre réflexion sur les questions étincelles : et si la question était moins la question, étincelle ou étouffoir, que la question des relations entre le professeur et les élèves ? On l’a vu, toute question est rapidement étincelle... même jusqu’à la question que je prenais comme exemple pour les questions étouffoir. Car quelle heure est-il ? Midi. Oui, mais midi exactement ? Et puis, un midi légal ou un midi solaire ? Et puis, avec quelle certitude sait-on qu’il serait midi ? Et ainsi de suite. Il n’y a de question étouffoir que si l’un des deux protagonistes refuse la relation, et l’on en arrive à conclure que c’est la relation qui est à construire, avec les questions !
Une fois de plus, je suis heureux de voir un symptôme me conduire à la maladie. Le symptôme n’a pas d’autre intérêt que d’être un symptôme, et c’est à moi de m’en saisir pour arriver à mieux. Au fond, la question des études est celle-là : ne pas étudier avec désinvolture, mais, au contraire, avec l’envie d’étudier. Sans cette envie, les études sont du gaspillage de temps et d’énergie, pris à des relations de qualités.
Chérissons ces dernières.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales