English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Le groupe "Sciences animales"

(Département Sciences de la Vie et Santé)

Parmi les 9 Unités de Formation et de Recherche (UFR) du Département Sciences de la Vie et Santé (SVS), trois relèvent d’une compétence dans le domaine des Sciences Animales :

Développement des filières animales (C. MARIOJOULS)
Génétique, élevage et reproduction (X. ROGNON)
Nutrition animale, qualité des produits et bien-être (V. BERTHELOT)

Ces 3 UFR constituent le groupe "Sciences animales", qui comprend actuellement 17 enseignants-chercheurs, 1 professeur consultant, 1 professeur émérite et 4 techniciens et administratifs. Le groupe "Sciences animales" associe aussi, sur le site Claude Bernard, 6 ingénieurs d’organismes hébergés (Céréopa, AFZ, programme Grignon Énergie Positive) ainsi que 11 chercheurs et ingénieurs et 7 techniciens et administratifs de l’UMR MoSAR.

LES RUBRIQUES

Formation Recherche et développement Pôles d’excellence
UFR Génétique, élevage et reproduction UFR Développement des filières animales UFR Nutrition animale, qualité des produits et bien-être

LE CONTEXTE

La place des productions animales dans l’économie continue à connaître une évolution rapide étroitement dépendante du développement des échanges à l’échelle mondiale et de modifications fondamentales dans l’utilisation de l’espace rural. Jadis élément essentiel du monde agricole, l’animal d’élevage, au cœur de productions innovantes mais aussi de crises sanitaires récurrentes, est maintenant souvent appréhendé avec suspicion. Pourtant la France est le pays européen où les productions et filières animales et les industries associées sont les plus importantes et les plus diversifiées, à la source d’un vaste éventail de métiers où les zootechniciens restent des acteurs majeurs.

Par ailleurs, l’appréhension toujours plus fine de la complexité du vivant par les approches intégratives de la biologie conduit à de nouvelles formes possibles de domestication de l’animal dont le statut dans nos sociétés est actuellement en pleine évolution. Les nouvelles utilisations des animaux d’élevage comme modèles pertinents dans les recherches en santé humaine ou comme cibles pour de nouvelles productions pharmaceutiques représentent un gisement d’emploi non négligeable pour des ingénieurs du vivant. Parce que les liens que l’homme entretient avec l’animal, sans équivalent avec le monde végétal, renvoient directement aux relations que la société est prête à maintenir avec la nature ou à développer avec l’artifice, l’animal domestique est bien un fédérateur des sciences de la vie.

Aujourd’hui, le secteur de l’élevage doit relever différents défis, pouvant paraître
contradictoires de prime abord.

  • La demande globale en protéines animales devrait continuer à s’accroître au cours des prochaines années et l’élevage sera sollicité pour répondre aux demandes
    alimentaires diversifiées d’une population en croissance (voir § I.B).
  • Nous entrons dans une période sans doute longue de compétition pour l’usage de ressources limitées, notamment le sol et l’eau. Quel équilibre trouver entre (i)
    cultiver des plantes directement pour l’alimentation humaine, (ii) en cultiver pour
    l’alimentation animale, et (iii) produire du bois d’oeuvre ou de chauffage, des fibres
    textiles ou du bio-carburant ? Comment cet équilibre varie-t-il selon les conditions
    ‘naturelles’ et socio-économiques dans lesquelles on se trouve ?
  • Un enjeu majeur pour la France réside dans l’amélioration de la compétitivité de
    l’élevage et des entreprises d’amont et d’aval des filières animales. Dans un
    contexte de compétition mondiale et européenne exacerbée et de cours élevés des
    matières premières, les difficultés économiques des éleveurs conduisent à
    remettre en culture des terres jusque-là consacrées à l’élevage. Comme nous le
    disons plus loin, si les réflexions actuelles peuvent refonder pour demain les liens
    entre productions animales et productions végétales, et activités non-agricoles, le
    contexte aujourd’hui est bien celui-ci, avec les enjeux attachés.
  • Les systèmes d’élevage intensifs, voire l’idée même d’une activité d’élevage et celle de consommation de produits animaux, sont contestés par une partie de la société, au vu notamment des problèmes de santé publique qui leur sont associés
    (zoonoses, conséquences nutritionnelles d’une consommation excessive de
    graisses d’origine animale, …), de leur impact sur l’environnement (pollution,
    production de gaz à effets de serre, …) et, tout du moins en Europe, de l’évolution
    du statut de l’animal, avec des questionnements de plus en plus prégnants sur
    l’éthique, l’acceptabilité des biotechnologies ou le bien-être animal.

Enfin, de nombreux chantiers sont ouverts en recherche et développement, pour la mise au point de systèmes agricoles plus respectueux de l’environnement. Il s’agit notamment de remettre en association les productions végétales et les productions animales et d’exploiter leurs complémentarités. Les propriétés fertilisantes des déjections animales ou leur qualité potentielle de substrat pour la production d’énergie, la capacité des animaux à exploiter des milieux divers y compris difficiles, ou à consommer des coproduits agro-industriels, sont reconsidérées. S’ouvrent ainsi, au sein de réflexions globales dans divers cadres théoriques, comme l’agro-écologie ou l’écologie industrielle et territoriale, de nouvelles perspectives pour les productions animales et leurs filières. Les prochaines années doivent donc répondre aux problématiques inhérentes à la valorisation du territoire agricole et à l’exploitation durable de ses richesses, tout en prenant en compte les contraintes posées en termes de demandes et besoins sociétaux, d’adaptations aux changements climatiques actuels, et d’agrosystèmes viables économiquement et pérennes écologiquement.

Dans ce contexte, le groupe "Sciences animales" revendique d’être un acteur majeur, par son offre de formation et son activité de recherche-développement, autour de 5 familles d’enjeux interdépendants entre eux :
- la production animale, ses entreprises et ses industries associées, la compétitivité des filières ;
- la qualité et la sécurité sanitaire des produits animaux ;
- l’élevage et les territoires, les ressources génétiques et la biodiversité animales ;
- les biotechnologies animales et la modification du vivant, l’animal biomédical ;
- la place de l’animal dans la société, la relation homme-animal, les questions éthiques liées à l’exploitation de l’animal et aux recherches sur l’animal.

Le groupe a l’ambition d’être un acteur à l’échelle de la France et de l’Europe et également dans les pays émergents ou en développement, les enjeux ci-dessus s’y déclinant de façon fort différentes mais interférant de plus en plus avec les questions que nous avons à traiter dans nous propres pays.

Plusieurs disciplines, ou méthodologies, sont mobilisées et assurent une légitimité par rapport aux enjeux ci-dessus : physiologie de la reproduction et du développement, nutrition, génétique, éthologie et neurosciences, analyse des filières... A la plupart de ces disciplines, correspondent d’ailleurs des secteurs professionnels bien identifiés. Les enjeux évoqués se situant le plus souvent à l’interface entre échelles d’analyse et/ou entre disciplines, les formations et les travaux du groupe font généralement appel à la pluridisciplinarité, cette dernière étant consubstantielle de la zootechnie.

MOTS-CLÉS

Filières animales – Entreprises – Développement durable des productions animales – Qualité des produits animaux – Populations animales – Systèmes d’élevage – Environnement – Sociétés – Bien-être animal - Ressources génétiques - Génétique - Alimentation - Nutrition - zootechnie

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales