English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Le relâchement après le concours est-il une fatalité ?

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme de jeunes collègues, ou, mieux, comme des collègues, mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade.

Discutons, discutons... Voici ce que je reçois de jeunes collègues qui ont fait l’effort de préparer un concours, et qui l’ont réussi :

Nous pensons aussi que le contexte d’entrée en école forme une sorte de « cercle vicieux ». En effet, la majorité des étudiants sont passés par la classe préparatoire et ont de fait un certain besoin de « relâchement » après ces deux ou trois ans.
En d’autres termes, en première année, l’ambiance est peu portée sur les études et la plupart des étudiants sèchent de nombreux cours.

La première phrase m’intéresse moins que la deuxième, où figure le mot "besoin". Et, je ne sais pas bien pourquoi, ce terme m’alerte, tout comme j’entends le mot "droit"... auquel j’oppose celui de "devoir".
Quel "besoins" ont les jeunes collègues ? Je crains hélas que beaucoup ne soient pas à leur place : ils ont fait l’"effort" de préparer des concours non pas parce que les matières étudiées leur plaisaient, mais parce qu’ils voulaient accéder à une école, afin d’en avoir le diplôme. Au lieu d’un intérêt intrinsèque, ils avaient un intérêt extrinsèque, et l’attitude serait combattue par des philosophies orientales : si l’on part se promener en montagne et qu’on veut absolument le sommet, on est malheureux tant qu’on ne l’a pas atteint, et une fois qu’on l’a atteint, que fait-on ? On vise un autre sommet, et l’on est malheureux, et ainsi de suite. Inversement, celui ou celle qui aime la montagne en profite pendant tout le chemin.
Est-ce à dire que la majorité des jeunes collègues ont besoin de cours de philosophie ?

Mais on devine que j’exagère, dans l’analyse précédente, et il y aussi à considérer que les élèves des écoles se sont focalisés sur quelques matières particulières et qu’ils voudraient s’ouvrir à d’autres sujets que ceux des concours. Pourquoi pas : après tout, un ingénieur a bien besoin d’autre chose que les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie : il faut de l’administration, de la communication, par exemple, mais il faut aussi des méthodes pour des transferts technologiques, à partir des données les plus avancées de la science. Et puis, selon les projets personnels, chacun a besoin de données dans des champs particuliers : des données biochimiques et de la toxicologie pour ceux qui visent l’industrie du médicament ; des données écologiques pour ceux qui visent les métiers de l’environnement ; des données agronomiques pour ceux qui visent l’agronomie...
Ici, on voit qu’il ne s’agit plus de donner un tronc commun, lequel est le socle des classes préparatoires, mais qu’il faut prendre en compte les projets personnels, vers lequel trois ans d’études seulement conduiront.
De ce fait, un nouveau tronc commun en école d’ingénieur semble sans intérêt, n’est-ce pas ? Et mon analyse sur les études "matricielles" s’impose. Nos institutions doivent en tenir compte, et mieux répondre qu’elles ne l’ont fait par le passé, avec des organisations qui existaient déjà à l’identique il y a un siècle.
Quel usage du numérique faisons-nous pour arriver à des formations améliorées ? Quels comportements des professeurs avons-nous changé ? Ne sommes-nous pas dans un immobilisme coupable ? Ne supportons-nous pas une inefficacité excessive ?
Oui, voilà la question qui nous est posée, et à laquelle je n’apporte évidemment pas de réponse positive : je pose la question, en réclamant que, chaque jour, nos dispositifs d’études soient transformés, en vue d’améliorations. Au fond, puisque tout ce qui est humain est imparfait, n’avons-nous pas l’obligation d’améliorer ?

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales