English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Le travail du verre en chimie

Le travail du verre en chimie

Les chimistes utilisent beaucoup de verrerie pour leurs expérimentations, parce que l’on réduit ainsi les réactions possibles entre les réactifs que l’on étudie et les contenants où ils sont placés.

Souvent, il y a des liquides ou des gaz à conduire, ce qui se fait donc par des tubes en verre.

Ces tubes en verre doivent être coudés, ce qui s’apprend facilement.

Prenons donc une petite lampe à alcool comme celle d’un appareil à fondue, et prenons un tube en verre entre les deux mains espacées d’une vingtaine de centimètres.

Nous mettons la partie centrale du tube au-dessus de la flamme et nous le tournons afin de chauffer régulièrement toute la surface en un point particulier.

Progressivement, on voit la flamme jaunir : c’est le signe que le verre commence à devenir très chaud.

D’ailleurs, quand le verre est bien jaune, on peut s’amuser à le tirer doucement, en tirant la main gauche vers la gauche et la main droite vers la droite : on voit le tube en verre s’affiner jusqu’à la rupture.

Si l’on casse l’extrémité en la tapant contre la table, alors on obtient tube effilé.
Bien sûr, il y a des chances pour que l’on puisse faire mieux que ce premier essai, surtout si l’on veut faire ce qu’on nomme une pipette pasteur, c’est-à-dire un tube avec une effilure très longue.

Si l’on coude le tube chauffé, au lieu de l’étirer, on fait... un coude.

Là, il faut apprendre à obtenir un coude régulier, car il y a deux écueils. Le premier, c’est quand on coude le verre alors qu’il est trop froid : la partie externe vient faire une sorte de méplat qui réduit le diamètre du tube. Autre écueil : quand le verre est trop chaud, la partie de l’intérieur de la courbure fait une sorte de bourrelet, de repli.

Bref il y a lieu, encore une fois, à apprendre à repérer l’exacte température qui convient, en se fondant notamment sur la couleur de la flamme dans laquelle on tourne le tube avant de le travailler.

Il y a bien d’autres manipulation avec du verre, mais, en tout cas, en voici deux élémentaires qu’un jeunes chimiste pourrait s’amuser à obtenir.

NB : Sans se brûler, ce qui arrive par mégarde, car le verre chaud ne montre pas qu’il est chaud. Il y a alors des pommades contre les brûlures ;-)

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales