English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Les bégaiements de l’enseignement

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent m’aider à faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à me proposer des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme des "collègues", mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade pour ces derniers.

Allons-y : des jeunes collègues (je vous aide encore une fois : je veux donc dire par là "étudiants") qui arrivent dans les écoles d’ingénieurs se plaignent souvent de redites entre leurs cours de première année et les cours de classes préparatoires aux grandes écoles. Voici leur message :

Tout d’abord, certains cours, notamment dans le tronc commun scientifique de 1A, reprennent de nombreux éléments qui ont déjà été étudiés dans les années précédant l’école.
Plus généralement, nous trouvons que les matières scientifiques sont traitées avec peu de profondeur et ne nous fournissent que très peu de connaissances scientifiques solides et de savoir-faire.

Savourons d’abord la fin du message : nos jeunes collègues font bien la différence entre connaissances et compétences (savoir-faire). Enfin... Savourons, mais faisons leur remarquer qu’il manque des cases au tableau : savoir vivre, savoir être... En conséquence, je leur propose de réévaluer les cours qu’ils ont reçu en tenant compte de toutes les dimensions, et pas seulement des connaissances.

Mais, d’autre part, je répète que les cours ne sont pas là pour donner des connaissances : l’idée de l’oie que l’on gave est mauvaise, et cela est su depuis au moins Aristophane, qui disait justement qu’enseigner, ce n’est pas emplir une cruche, mais allumer un brasier. En classes préparatoires, il y a souvent un programme à faire au pas de charge, et il n’est pas certain que l’on ait eu la perspective soit de chercher comment des connaissances peuvent nourrir la technologie (métier de l’ingénieur), soit comment on pourra utiliser ces connaissances pour en produire de nouvelles (métier du scientifique).
Et puis, le concours est souvent un point de passage obligatoire pour les jeunes collègues, et non pas un moment que l’on déguste, parce que l’on aime étudier les matières qui sont celles du concours : chimie, physique, mathématiques, biologie... Je dis bien "souvent", parce que tel n’était pas mon cas personnel : j’ai beaucoup aimé mes deux années de classes préparatoires, parce que je pouvais me focaliser sur ce que j’aimais le plus. Bien sûr, j’aurais aimé avoir plus de temps pour le savourer, mais quand même, c’était un merveilleux moment.

Une fois arrivé dans une école, que faire ? Si les cours reproduisent ceux de classes préparatoires, c’est évidemment une faute, car au minimum, le format d’études devrait être différent. Il y a mille autres manières que le tableau noir et la craie, le devoir sur table, la colle...
A minima, l’institution - et les professeurs - doit pouvoir dire aux élèves en quoi les cours diffèrent de ceux des classes préparatoires, soit dans le contenu, soit dans la forme...

Mais, d’autre part, les élèves peuvent prolonger le cours, car ce ne soit pas des oies, n’est-ce pas ? Si nos collègues sont parfaitement à l’aide, ils n’ont rien à redouter d’évaluations, et ils peuvent parfaitement prolonger le cours... car on ne me fera pas croire que les classes préparatoires aient amenés les étudiants jusqu’au sommet de la montagne de la connaissance, jusqu’aux connaissances les plus récentes produites par la science.

Cette discussion, d’ailleurs, ne doit pas oublier que les jeunes collègues arrivent avec des niveaux variés... ce qui me conduit à vous renvoyer vers mon billet sur l’"enseignement" (mot que je déteste) matriciel.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales