English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Les classes préparatoires, c’est le bonheur !

Je m’aperçois que je n’ai pas fait état de l’immense bonheur qui était le mien (et de celui de beaucoup de mes camarades) quand j’étais en classe de "Math sup" et de "Math spé", ces classes de préparation aux concours des Grandes Écoles d’ingénieurs !

Il est dit parfois -mais sans doute par des paresseux ou des insuffisants- que ces classes seraient (en bon français, je devrait écrire "sont", mais je ne résous pas à ne pas mettre un conditionnel, sans quoi le verbe m’arrache la plume) terribles, qu’elles seraient des bagnes, que l’on serait alors condamné à travailler sans relâche, pendant deux ou trois ans, pour finalement jouer son existence sur des concours très aléatoires...
Il faut dire très énergiquement que cela n’est pas vrai, et je veux témoigner ici du fait que ces classes sont, au contraire, la possibilité d’un immense bonheur... pour ceux qui aiment les mathématiques, la physique, la chimie (pour les classes préparatoires correspondantes).

En effet, après des années d’études très généralistes, pendant lesquelles on doit se disperser entre le français, les langues vivantes, les sciences naturelles, les matières scientifiques, l’éducation physique, etc., on peut enfin se consacrer aux matières que l’on aime le plus, à savoir les matières scientifiques, et elles principalement ; on peut approfondir ces matières, en voir mieux les beautés.
Je me souviens, tout particulièrement, de mon émerveillement quand j’ai eu à manipuler le théorème de Gauss, quand nous avons abordé la thermodynamique... Certes, j’avais déjà lu des livres tels que le Calcul différentiel et intégral de N. Piskounov, ou bien le tome de physique statistique des Cours de physique de Berkeley ; je faisais de la chimie organique depuis longtemps au Palais de la découverte (merveilleux Palais de la découverte !)... mais quand même, il y avait beaucoup de matières nouvelles. La topologie, la théorie des nombres, des notions plus fouillées d’algèbre linéaire...
D’ailleurs, il faut dire que l’enseignement était dispensé par des professeurs remarquables, très attentifs, intéressés (je sais que le "niveau" et l’implication des enseignants n’a pas baissé : récemment, des élèves m’ont dit que leurs enseignants les invitaient à les consulter à tout moment)... Et puis, aussi, nous étions enfin réunis avec des camarades qui partageaient les mêmes goûts que nous. Nous pouvions nous émerveiller ensemble, nous faire découvrir mutuellement des livres, des calculs, des idées... C’est là que j’ai découvert les cours de physique de Feynman, mais aussi les cours de chimie organique de Marc Julia, lequel venait d’introduire en France une chimie organique raisonnée, qui ne soit pas "au lasso" (quand on voyait deux atomes d’hydrogène et un atome d’oxygène traîner, on les entourait et l’on déclarait qu’il y aurait une réaction de condensation... ce qui est idiot, évidemment).
Etions-nous condamnés à travailler ? Non : je dirais plutôt que nous avions enfin la possibilité d’étudier les matières que nous aimions. Nous avions du bonheur constamment. Et, évidemment, si nous avions ainsi bien travaillé, il n’y avait pas de doute que nous serions reçus aux concours.
Bien sûr, il y avait ceux qui avaient du mal... mais pourquoi étaient-ils là ? Que signifie "avoir du mal" ? Je crois qu’il en va dans ces matières intellectuelles comme dans le sport : si l’on n’aime pas courir, pourquoi faire de la course à pied ? Ou comme pour le jardinage : pourquoi jardiner si l’on n’a pas envie ? Et si quelqu’un n’aime pas les mathématiques, la physique, les sciences chimiques, pourquoi irait-il faire une école d’ingénieurs, qui le conduira à manipuler ces matières toutes sa vie ? Certes, il y a ceux qui veulent devenir "patron" et pour qui les matières scientifiques sont seulement un outil de sélection, mais est-ce bien raisonnable de s’infliger deux ans de calcul... pour "diriger" (on a vu dans d’autres billets ce que je pense de cette activité, et l’on se souvient que je cite souvent Frères Jean des Entommeures : "qui suis-je pour diriger autruy moi qui ne me gouverne pas moi-même ?").
# Bref, disons aux élèves du Secondaire qu’il y a beaucoup de bonheur à avoir dans les classes de préparation aux Grandes Écoles d’Ingénieur !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales