English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Les matières intellectuelles doivent se donner en spectacle

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent m’aider à faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à me proposer des améliorations en m’envoyant un email à : icmg chez agroparistech.fr

Depuis hier, une idée relative aux études (supérieures, mais pas seulement) s’impose à moi avec une force croissante : pour faire aimer les études, pour aider nos jeunes amis à mieux étudier, nous devons y mettre du nôtre, faire apparaître aussi clairement que possible des plaisirs aussi intenses que ceux que trouvent dans les jeux de cirque certains de nos concitoyens. Sans cet effort particulier, nous échouerons.

L’idée doit évidemment être creusée. Pourquoi nos amis vont-ils plus facilement vers du football, du tennis, du cyclisme ou du rugby que vers de la synthèse organique ou des équations aux dérivées partielles ? Dans les jeux sportifs, il y a des regroupements d’êtres humains en grand nombre, des possibilités d’identification à des personnalités "dominantes", des péripéties, et, surtout, beaucoup de mouvement. Or, pour les études, nous montrons le contraire ; nous proposons à nos jeunes amis des travaux solitaires, calmes, monotones, avec une beauté qui se conquiert difficilement. Tiens, un exemple, le calcul de l’intégrale de la fonction gaussienne par Euler : c’est évidemment très intelligent, mais réservé à quelques heureux élus, quand c’est dans le fil d’une démonstration !

Bref, nous allons dans le mur si nous ne changeons pas, car nous ne pouvons pas lutter contre l’animalité qui est dans tout être humain, membre d’une espèce sociale qui, de ce fait, veut -biologiquement- s’agréger. Nous allons dans le mur si nous ne mettons pas de mouvement, de péripéties ! D’ailleurs, Jean de la Fontaine le disait bien quand il écrivait "Si Peau d’Âne m’était conté, j’y prendrais un plaisir extrême" : oui, il y a lieu de raconter des histoires, parce que, là au moins, nous susciteront ces péripéties qui s’imposent.
D’ailleurs, n’oublions pas que les cours du physicien Pierre Duhem (1861-1916) étaient suivis par le Tout Bordeaux : oui, le grand public bordelais allait écouter un physicien, et à l’université ! Comme on va au spectacle. D’ailleurs, cet exemple n’est pas une exception : Camille Flammarion attirait les foules ; la "gentry" londonienne allait écouter Humphry Davy à la Royal Institution of London, avant que Michael Faraday n’y attire les altesses autant que les orphelins. Dans tous ces cas, il y avait du spectacle, du mouvement, de la socialité... et nous ne devons pas l’oublier paresseusement ; c’est avec fougue que nous devons montrer les avancées des sciences, non seulement au public qui les finance, mais à tous les étudiants.
Je retrouve, soit dit en passant, des considérations que j’avais développées il y a quelque temps, mais je comprends mieux combien s’imposent les cours magistraux : ils doivent réunir tout le groupe, et être... magistraux ! C’est là, le moment précieux pendant lequel nous devons faire du spectacle, lever des montagnes, donner un immense enthousiasme, susciter chez nos interlocuteurs l’envie de parcourir ensuite un chemin qui aura été décrit lors du cours magistral.
Là où je m’était sans doute trompé, c’est quand je considérait que le chemin suivant ce départ en fanfare devait être fait de façon solitaire. Certes, pour ce qui me concerne, j’ai besoin de calme, de mon rythme... Je marche à mon pas et je suis heureux d’admirer le paysage, de savourer la promenade... mais je ne suis pas "dans la cible", puisque précisément, je suis de ceux qui n’ont pas besoin d’un professeur, de ceux qui ne vont pas au spectacle... En revanche, pour nombre de nos amis, il faudra ensuite organiser des chemins avec des péripéties, avec du mouvement, en groupe.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales