English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Les molécules collent les unes aux autres

Oui, ces billets n’engagent que moi : voir le blog de Herve This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos
- de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) a m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Les molécules collent les unes aux autres

Partons d’huile : c’est un liquide jaune, mais avec des tas de particularités, à commencer par le fait que ce soit l’ingrédient alimentaire le plus énergétique... raison pour laquelle il n’y a pas lieu de craindre les "pilules nutritives" dont des idéologues nous menacent régulièrement, qui remplaceraient l’alimentation : si l’on ne mangeait que de la matière grasse, il faudrait environ 300 grammes pour se soutenir une journée, et 300 grammes d’huile, ça ne tient pas dans une pilule !

A propos de cette huile, on pourrait dire mille choses, discuter son rancissement éventuel, sa sensibilité à la chaleur, à la lumière, mais ici, je propose surtout de penser que, si nous avions un super microscope, nous verrions qu’elle est faite de très petits objets, par milliards de milliards de milliards...

Ces objets sont des molécules. Dans de l’huile bien raffinée, bien propre, ces molécules sont de différentes sortes, mais elles se ressemblent toutes avec une apparence de petites pieuvres à trois bras.

Or les pieuvres ont des ventouses avec lesquelles elles collent un peu. Et, de même, les molécules d’huile collent un peu entre elles... ce qui évite que l’huile ne s’évapore.

Dans de l’huile, liquide, les molécules bougent en tous sens, comme des boules de billard, mais on comprend que la présence des trois "tentacules" complique le mouvement.

Quand on verse de l’huile, les molécules de l’huile s’écoulent, comme le feraient des grains de sable... mais du sable un peu adhérent, un peu collant : rappelons-nous les ventouses des pieuvres.

Les forces d’adhérence sont faibles, pour les molécules de l’huile, et elles seraient plus fortes pour de l’eau.

Et si l’on refroidit l’huile, leur mouvement qui diminue (c’est cela, la "température") fait que l’énergie de mouvement n’est plus suffisante pour rompre le collage. Bref, les molécules de l’huile s’attachent les unes aux autres... et l’on a un solide, de l’huile figée, comme on en voit dans les bouteilles d’huile que l’on met au froid.

Ah, j’ai oublié de dire que les molécules de l’huile sont des "triglycérides". Pas des acides gras, comme le dit une certaine publicité trompeuse ! Mais je n’entre pas ici dans les détails, car c’est une autre histoire, pour une autre fois.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales