English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Les moyens de la preuve

Je veux les moyens de la preuve.
De façon très élémentaire, je réclame absolument que toute mesure soit assortie d’une évaluation de l’incertitude. Soit on indique la précision de l’appareil de mesure, soit on donne l’écart-type, c’est-à-dire une estimation de la dispersion de plusieurs mesures successives du même objet avec le même appareil et dans les mêmes conditions. Prenons un exemple : si un thermomètre plongé dans de l’eau chaude affiche une température de 50,2463 degré Celsius, il faut quand même que je m’interroge sur la pertinence de tous ces chiffres après la virgule, car leur affichage est peut-être abusif (de même, il n’est pas légitime de se demander combien d’anges tiennent sur la tête d’une épingle si on n’a pas d’abord montré sur les anges existent). Bref, les chiffres doivent être "significatifs". En l’occurrence, avec un thermomètre à mercure des familles, ces chiffres après la virgule ne le seraient pas, et même le 0 devant la virgule n’est sans doute pas juste.

Cette question d’assortir les mesures d’une incertitude est un tout petit minimum, en science, mais ce billet veut dire que, ce cap élémentaire étant passé, il y a lieu de ne pas accepter une mesure dont on ne nous dit pas comment elle a été obtenue, ce que les publications scientifiques nomment les "matériels et méthodes", mais que l’on pourrait aussi nommer "les moyens de la preuve", sans que les deux objets ne soient strictement identiques (mais commençons par faire simple).

Par exemple, un appareil de mesure peut afficher des valeurs précises... mais fausses, et, pire, on peut n’avoir pas mesuré ce qu’il fallait. Je prends volontairement un exemple bien excessif : si on pose sur une balance un verre qui contient un liquide, la balance affiche une valeur qui est celle de la somme de la masse du liquide et de la somme de la masse du verre : il serait faux de penser que la masse affichée est seulement celle du liquide. Comme dit, cet exemple semble montrer une évidence, mais, en réalité, des erreurs s’introduisent pour une raison cachée du même type. Et c’est d’ailleurs une des raisons de la pratique des "validations" : on multiplie les mesures faites de façons différentes afin de s’assurer que l’on trouve bien le même résultat.
Evidemment, pour être compétent en science, il faut s’être entraîné à cela : regarder, en détails, comment les résultats qu’on nous propose ont été obtenus, ne pas accepter des valeurs sans examen critique, réclamer sans cesse le détail des matériels utilisés pour faire les expérimentations, ainsi que des méthodes mises en oeuvre.
Insistons un peu : nous regardons les détails, les circonstances expérimentales non pas parce que nous nous défions de nos collègues, mais parce que, en science au moins, le diable est caché partout.

Des chausses-trappes ?

Il n’y a que cela. Par exemple, je me souviens d’un thermomètre, dans un lycée hôtelier, qui marquait 110 degrés Celsius dans l’eau bouillante. Impossible : le thermomètre était faux... ainsi que toutes les mesures qui avaient été faites par d’autres, avant que je ne contrôle, en le plaçant d’abord dans de la glace fondante (0 degrés Celsius) et dans l’eau bouillante (100 degrés Celsius).
Plus subtil : avec une nouvelle méthode d’analyse par résonance magnétique nucléaire, nous avons découvert que nous dosions plus de sucre, dans des carottes, qu’il n’en était trouvé par les méthodes qui imposaient d’extraire d’abord les sucres, avant de les doser. Mais il est notoire que les méthodes d’extraction sont incomplètes !
Tiens, une idée : même si l’expérience est intransmissible, pourquoi ne ferions-nous pas une liste d’exemples d’erreurs dont nous avons connaissance, afin que nos successeurs puissent en avoir connaissance. Bien sûr, ils ne seront pas complètement immunisés, mais, au moins, ils seront mieux avertis que par une mise en garde générale, abstraite.
Je commence :

Je me souviens d’une amie qui dosait les protéines dans des échantillons d’un matériaux qu’on lui avait dit être des "protéines" et qui trouvait très peu de protéines... et pour cause : cette matière n’était pas essentiellement constituée de protéines, mais de matière grasse.

Je me souviens d’un ami qui cherchait à doser les "lipides" dans de l’eau, oubliant que le mot "lipides" s’applique à des composés très variés ; il pensait en réalité aux triglycérides, qui sont parfaitement insolubles, de sorte que ses expériences étaient vouées à l’échec, sauf à considérer que ces composés étaient dispersés dans la solution aqueuse (émulsion)... auquel cas, le protocole devait être très particulier.

Je me souviens d’un ami qui voulait doser des acides aminés, alors que ses échantillons ne contenaient que des protéines : il avait omis ce fait que les protéines ne sont pas des assemblages d’acides aminés, mais des composés dont les molécules sont faites de "résidus" d’acides aminés, de sorte que les acides aminés n’existent pas en tant que tel, dans les protéines, et seuls leurs atomes restent organisés de façon identifiable par un chimiste.

J’attends vos exemples pour les ajouter à cette liste.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales