English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

A propos d’évaluations

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Note préliminaire : j’ai résolu de considérer les étudiants comme de jeunes collègues, ou, mieux, comme des collègues, mais pour les besoins de clarté, dans ces billets consacrés aux études, j’utilise l’expression "jeunes collègues" pour désigner les étudiants, et professeurs pour désigner les "professeurs", sans distinction de grade.

Je lis sous la plume de jeunes collègues qui discutent leur formation :

On peut aussi imaginer des innovations pour les évaluations (changer le format scolaire de certains partiels en évaluant par le biais d’un oral ou autre) ou pour inventer de nouveaux formats de cours (par exemple, mettre les étudiants dans une situation très concrète de résolution d’un problème complexe, nécessitant les connaissances de différents domaines).

Là, je ne suis pas certain de suivre mes jeunes collègues, car sous la pression des étudiants, les institutions de formation ont élaboré des référentiels, qui sont des listes de connaissances, de compétences, de savoir-faire, de savoir-être, de savoir-vivre exigibles pour l’obtention d’un diplôme donné. Ça me paraît clair, carré, simple, et je vois mal de quelle innovation il s’agirait. Toutefois, me sachant insuffisant, je ne refuse pas de chercher.
Ce que je sais, c’est qu’il y a trop souvent une lutte des classes, entre les étudiants qui ne veulent pas toujours en faire le plus possible et les professeurs ou institutions de formation qui visent l’optimisation des études. Cette de lutte des classes nous fait perdre un temps et une énergie précieux.
D’autre part, je refuse absolument que l’on donne un diplôme à quelqu’un qui ne le mérite pas, car la qualité de ce diplôme est alors dégradée alors pour tous ceux qui l’ont reçu ou qui méritent de l’avoir, mais elle affaiblit aussi l’institution qui le donne. Je sais qu’il y a mille bonnes raisons pour donner le brevet à tous, le baccalauréat à tous, pour accepter tout le monde à l’université... mais on évitera pas que quelqu’un qui sait, c’est quelqu’un qui a appris, ce qui ne se fait pas en claquant des doigts, mais en y passant du temps. Tout le monde peut obtenir un diplôme à condition de travailler, d’y passer du temps, afin d’avoir les connaissances, compétences du référentiel correspondant au diplôme.
Alors, l’évaluation ? Bien sûr, on peut changer à la marge l’évaluation, faire un oral à la place d’un écrit, ou vice et versa, mais en réalité on tourne en rond, car la question est toujours de voir si nos jeunes collègues ont les connaissances requises ou pas, s’ils ont des compétences requises ou pas... Oui, on peut proposer des problèmes complexes, mais ne pose-t-on des exercices plus simples que parce que je précisément la majorité des jeunes collègues n’arrive pas à faire les problèmes complexes ? Après tout, on n’évalue pas seulement des connaissances en capacité de raisonnement en général, mais des connaissances et des compétences précises, données dans les référentiels.
Bien sûr, on peut supprimer les référentiels, mais alors l’évaluation devient totalement arbitraire. Au fond, il vaut mieux revenir à des objectifs et à des principes. Oui, les jeunes collègues ont passé la sélection qui leur a donné l’accès à une institution de formation, mais il leur faut maintenant étudier pour maîtriser les divers points du référentiel : ils n’ont pas de viatique absolu, valable en tous temps et en tous lieux ! Un système de formation existe pour donner la formation. Et cette formation est décrite par des connaissances, des compétences, des savoirs être, des savoir faire, des savoir vivre. On aura beau tourner dans tous les sens, on évitera pas d’évaluation qui doit être juste, pour tous, explicite...

Cette discussion me fais immanquablement penser à la revendication des élèves d’une école de chimie à laquelle on m’avait demandé de candidater pour le poste de directeur : la première des choses que les élèves m’avaient demandé concernait leur soirée ! Les bras m’en tombent : organise-t-on une institution de formation en chimie pour dispenser de la formation ou un cabinet d’entremetteurs ? Les soirées ? Les étudiants sont assez grands pour les organiser eux- mêmes. Qu’ils le fassent s’ils veulent. Mais je reste désolé que nous n’ayons pas discuté des points essentiels, tel que le contenu des études : la chimie quantique, la modélisation moléculaire, la dynamique moléculaire, la chimie supramoléculaire...

Au fond, si j’accueille aujourd’hui les remarques de jeunes collègues on y consacrant tant de temps, tant d’énergie, c’est que j’ai l’espoir que nous arriverons à des discussions essentielles et non pas superficielles, de contenu et non seulement de forme !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales