English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Pas de morale ; de l’enthousiasme !

Le blog de Herve This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]Automatic word wrap
Des reactions ? Ecrivez a icmg at agroparistech.fr

Il y a plusieurs années, j’avais eu entre les mains un gros livre universitaire de chimie, et je l’ai vu carricatural : après le titre, le sommaire, la préface (tout cela est très convenu), il y avait un gros chapitre de "précautions" : ne pas verser un liquide chaud dans un récipient en verre gradué, ne pas pipeter avec la bouche, ne pas... ne pas... Alors que l’on ignorait encore quelle allait être la matière enseignée, on savait tout des dangers, tout ce qu’il ne faillait pas faire. De la morale, des interdits interminables, rebutants... Doit-on s’étonner que l’enthousiasme pour l’étude, la connaissance, la science, puisse être éteint ?
A la réflexion, ce chapitre introductif était à la fois pédagogiquement faible et inutile : inutile, parce que l’étudiant n’a aucune envie de recevoir des conseils ; on n’aime pas qu’on nous fasse la morale. Quand on dit à l’enfant d’aller se laver les mains, il va faire couler l’eau... mais ne se lave pas les mains, comme l’a si bien écrit Marcel Pagnol dans La gloire de mon père. Pourquoi fait-il ainsi ? Pour rester maître de sa vie ? De même que l’enfant ne mange pas, pour décider de sa vie, au lieu qu’on lui enfile des cuillers dans la bouche. Le refus de manger, c’est s’affirmer comme un individu indépendant, ou qui a la volonté de l’être.

Comment s’y prendre, alors, quand on veut éviter à des étudiants des accidents de laboratoire, quand on veut minimiser les risques, parce qu’il est vrai qu’il y a des dangers en chimie ?
Prenons le cas des verreries graduées, par exemple. Ne pourrions-nous pas confier à un étudiant une éprouvette graduée déjà endommagée, et lui proposer de verser de l’eau bouillante dedans, afin qu’il observe que l’éprouvette se casse : avec de l’eau, le risque n’est pas grand, et notre jeune ami aura ainsi compris que si le liquide avait été un acide brûlant, ce dernier aurait peut-être fait des catastrophes ! Et l’expérience pourra même prendre plus de généralité si l’on explore les conditions de rupture, si l’on cherche les mécanismes par lesquels cette rupture se produit.
De même pour pipeter à la bouche : pourquoi ne pas inviter les étudiants à le faire... avec de l’eau chaude salée ou du vinaigre, afin qu’ils comprennent que le pipetage à la bouche conduit souvent à recevoir du liquide dans la bouche ? Je crois avoir entendu des collègues me dire un jour qu’il fallait bannir absolument les mauvais gestes, et que, en conséquence, les propositions que je viens de faire étaient mauvaises, mais je crois qu’ils ont tort. S’il y a des dangers, je propose de les examiner pédagogiquement bien en détail, et pas seulement avec un chapitre que personne ne lira.

D’ailleurs, ce qui vaut pour l’expérimentation vaut pour le calcul scientifique. Par exemple, alors que je préparais un cours sur la méthode des ajouts dosés, en chimie, je suis tombé en ligne sur des cours qui commençaient par des pages entières détaillant les conditions d’application de la méthode. Et il aurait fallu que ce soit linéaire, et les solutions à utiliser auraient dû être ainsi, etc., de sorte que, après trois pages, on ne savait toujours pas ce dont il était question. On retrouve l’erreur pédagogique précédente. Un peu d’enthousiasme, que diable !

La solution ? J’aurais eu spontanément la réponse : commencer par dire ce qu’est la méthode des ajouts dosés, avant d’en montrer les limites... mais je me suis repris : si l’on admet enfin que la question n’est pas d’enseigner, mais d’apprendre, on est conduit à... s’interroger. Mais ce billet est assez long pour que je reporte une question aussi importante pour une autre fois.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales