English Flag

Début du MOOC le 11 avril. Inscrivez-vous !

Les inscriptions sont ouvertes !

Participez à la construction d’une planète soutenable avec AgroParisTech !

Découvrez-la sans attendre !

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Pour une belle histoire des sciences

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent m’aider à faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à me proposer des améliorations en m’envoyant un email à : icmg chez agroparistech.fr

L’histoire des sciences (de la nature), ce n’est pas seulement un discours qui berce les enfants. Pour ce qui me concerne, je lui demande bien plus et, notamment, je lui demande de bien me faire comprendre le mécanisme de l’avancée des sciences (de la nature, j’insiste).

J’écris cela, car il y a une histoire des sciences qui enchaîne les dates assorties de phrases très plates, du style "il a découvert...". Cela n’a guère d’intérêt.

Il y a une histoire des sciences qui fait des relations entre les dates importantes et des événements du monde environnant, et cela m’intéresse assez peu, à nouveau, parce que ce n’est pas le monde environnant qui pourra me faire comprendre les mécanismes de la découverte scientifique.

Il y a une histoire des sciences qui veut à toute force replacer le scientifique dans un groupe social, et sauf exception, cela ne m’intéresse pas non plus car je sais combien les très bons scientifiques sont précisément peu insérés dans les groupes sociaux.
L’un des meilleurs exemples est celui de Michael Faraday qui avait, parmi ses six ses règles de vie, d’entretenir des collaborations... mais qui, en réalité, travaillait seul , isolément, solitairement, avec pour unique compagnie un garçon de laboratoire avec lequel il me parlait guère.

Il y a donc de nombreuses histoires des sciences qui me laissent finalement aussi bête que je le suis, et ces histoires là ne m’intéressent pas.

Moi, ce que je demande à l’histoire des sciences, c’est de dépasser la superficialité de ceux qui n’ont pas compris (je parle de certains historiens), de bien m’expliquer les immenses difficultés qui ont été vaincues, au prix de trésors d’intelligence, de soin, de travail, de sérendipité...
Au fond, j’aime une certaine d’histoire des sciences morales qui fait état du travail avant toute chose, et non pas de dons divin que l’on a ou que l’on n’a pas.

Là, par exemple, je sors de la lecture d’un texte d’histoire de la chimie où sont évoquées des recherches de chimie organique sans qu’aucune molécule ne soit dessinée, sans qu’aucun mécanisme ne soit donné. L’auteur se limite à enfiler des découvertes, dans un texte aussi long que le scientifique fut prolifique, et en recopiant de l’histoire des sciences "de surface", plate.
Ce texte est dénué d’intelligence, il manque de charme, il manque d’enthousiasme, mais il manque surtout d’une bonne compréhension du sujet scientifique décrit. Non pas dans la superficialité du sujet, mais dans sa profondeur.

Bref, il manque du travail, de la part des auteurs, et leur texte n’est "merveilleux"... que parce qu’il me fait comprendre ce que ne doit pas être l’histoire des sciences, et, aussi, a contrario, ce que peut être une bonne "review", une synthèse : autre chose qu’une énumération !

Décidément, l’intelligence, c’est peut-être du travail, avant tout !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico instagram ico youtube ico dailymotion ico Suivre la vie du site


Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo Universite Paris Saclay Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2022 © AgroParisTech - Mentions légales