English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Sortir par le haut de l’opposition entre les professeurs et les "étudiants"

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

Un préambule : j’ai décidé de ne plus parler d’étudiants, mais seulement de collègues, de ne plus parler de cet impossible enseignement, mais d’études. Cela figure dans des billets précédents, mais, ici, je me tords le bras pour que mes amis aient plus de facilité à me comprendre.

Dans tous les systèmes d’enseignement que je connais, universités ou grandes écoles, je vois la même antienne : les étudiants se plaignent des professeurs, et les professeurs se plaignent des étudiants ; les étudiants revendiquent de l’autonomie, des systèmes d’étude nouveau, et les professeurs répondent qu’ils ont déjà mis tout cela en œuvre, et ainsi de suite à l’infini.
Cette interminable double litanie, avec la pénible énumération des torts respectifs n’a aucun intérêt, et d’abord parce que les reproches sont inexacts dans leur généralité, ce qui vaut à la fois pour les professeurs et pour les étudiants.

Ma proposition est que nous sortions de cette lutte des classes par le haut.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’abord que, dans la discussion entre les parties (on invitera évidemment le personnel administratif, aussi), on interdira désormais les critiques d’un corps vers un autre, et l’on ne recevra que des propositions positives.
D’autre part, on devra justifier les propositions, et l’on oubliera pas de confronter les nouveautés aux dispositifs du passé.

Finalement, je propose de revenir à l’objectif qui est celui de l’université et les grandes écoles, à savoir que ce sont des institutions construites pour que les étudiants apprennent. De sorte que la vraie question, la seule question, est de savoir comment organiser notre système de telle façon que les étudiants apprennent de façon optimale.

J’ajouterai quand même que le modèle paternaliste n’était pas bon, et qu’il n’est pas tenable : les étudiants doivent se déterminer eux-mêmes et le corps professoral est là pour les aider à étudier et les évaluer. Les professeurs doivent définir le cursus, ou, plutôt, l’éventail des matières qui donnent lieu à l’attribution de diplômes, en même temps qu’ils sont à la disposition des collègues plus jeunes en termes de connaissances, compétences, savoir faire, savoir être, savoir vivre.
Les matières ne sont pas arbitraires, ne sont pas le fait d’un Prince-professeur, mais sont discutées dans des instances de formation, mais, finalement, c’est quand même aux étudiants d’étudier !

J’ai utilisé le terme "paternaliste", et il est bon de comparer avec la médecine, où ce terme est récusé. Dans le temps, les médecins décidaient pour les patients, sur la base de leur compétence. Mais des questions de "valeur" viennent déranger cette proposition insoutenable : imaginons la présence de certains gènes qui augmentent le risque du cancer du sein ou du testicule. Ce n’est pas au médecin de décider qu’il faut enlever les deux seins ou les testicules, mais à la personne, au patient à risque : ce dernier doit être informé des différentes possibilités... qui peuvent être tout aussi bien l’ablation des seins ou des testicules qu’un suivi régulier. Certains patients pourront vouloir l’ablation, d’autres pas. Et le médecin n’est pas là pour dire ce qu’il faut faire, mais pour guider la décision par les patients responsables. Ce ne sont pas des enfants pour qui l’on stipule !
De même pour les jeunes collègues : à eux d’étudier, en prenant leurs responsabilités, mais avec l’éclairage des collègues plus âgés que sont les professeurs. Doit-on introduire dans le cursus d’élèves ingénieurs de la philosophie et de la littérature, par exemple ? Pourquoi pas, mais il faut savoir que cela se fera au détriment d’autres matières : la chimie, la physique, que sais-je ?
Bref, on ne peut pas tout avoir, et il est bon de faire des choix éclairés, et notamment sur la base d’un projet personnel clair... de sorte que j’aurais tendance à dire que l’institution doit aider nos jeunes collègues indécis à se décider aussi vite que possible, afin de choisir en responsabilité quelles matières s’imposent absolument, et lesquelles ont moins d’importance.

Ce qui me conduit, décidément c’est une rengaine, à vous conseiller un autre billet sur "la formation matricielle".

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales