English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

L’université Paris-Saclay voit officiellement le jour le 5 novembre 2019

AgroParisTech en est l’un des membres fondateurs

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Un projet professionnel est un projet personnel ; comment se déterminer ?

Oui, ces billets n’engagent que moi :
voir le blog http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html
Mais j’invite tous ceux qui veulent faire mieux (ce qui est mieux que faire seulement bien) à m’aider, en me proposant des améliorations : icmg chez agroparistech.fr

J’ai l’impression que nous aurions tout intérêt à aider les étudiants à se déterminer quand leur projet professionnel n’est pas fixé. D’ailleurs, je dis "projet professionnel", mais je ferais mieux de dire "projet personnel", car je ne vois pas les possibilités durables de mener une vie professionnelle si elle n’est pas intimement et harmonieusement intégrée à la vie personnelle.
En conséquence, nous aurions intérêt à bien suivre cette question au cours des études : au début, au milieu, plusieurs fois, en fin de parcours. Comment aider nos amis ? Je crois que nous aurions intérêt à rappeler l’exemple de Francis Crick, qui, physicien, s’aperçut un jour qu’il parlait de biologie à ses amis. Il décida donc de changer de discipline... et c’est ainsi qu’il reçu le prix Nobel quelques années plus tard pour la découverte de la structure en double hélice de l’ADN. Chercher de quoi l’on parle avec le plus d’intérêt (à ses amis) : c’est ce qu’il a nommé le test du bavardage.
On aura aussi intérêt à donner des outils pour comparer les différentes activités, et notamment les critères d’intérêt intrinsèque, à savoir combien le métier nous intéresse, d’intérêt extrinsèque, à savoir combien on gagne, et d’ intérêt concomitant, qui regroupe des tas d’intérêts, comme celui de la place dans la société, par exemple. Pour chaque activité, chaque personne en particulier peut faire une estimation particulière, ce qui conduit à un bilan, surtout si l’on assortit c’est évaluation d’un tableau où il l’on fait apparaître les avantages et les inconvénients que l’on pressent : c’est un tel tableau que l’on peut alors discuter de façon plus raisonnée.
Tout cela étant dit, et sans que mon exemple ne soit exemplaire, je propose de raconter ici que, quand je me suis retrouvée inscrit en faculté de lettres, j’avais des tas de matière qui ne m’intéressaient pas a priori. C’était là un état d’esprit d’enfant, car les études de ces matières, notamment avec des professeurs aussi merveilleux que Danielle Régnier-Bohler et Claude Gaignebet, m’ont montré que mes a priori étaient complètement idiots. Puis, quand j’ai été embauché par la revue Pour la science, je l’ai été, faute de place, pour le secteur de la médecine, que, pour des raisons familiales, j’avais toujours voulu éviter. Je ne sais pas comment cela s’est fait (si, je le sais, comme on le verra plus tard), mais ce secteur est vite devenu passionnant, au point car qu’un collègue que nous avions embauché peu après a voulu me le reprendre. Il en a été de même pour la rubrique de Critique de livres, que personne ne voulait : je l’ai reprise et transformée, au point que c’est devenu une des rubriques les plus lues du journal.
Ces deux derniers exemples montrent que c’est nous qui éventuellement créons la poussière du monde où, au contraire, qui rendons les choses passionnantes. Dire "j’aime" ou "je n’aime pas" est sans doute une attitude d’enfant, et nos jeunes amis doivent savoir tout cela en tête quand ils discuteront de façon intime ou explicite des possibilités qui s’ouvre à eux.
Et je terminerais en conseillant de rechercher ce qui nous passionnait quand nous étions enfants ou adolescents, car le passé nous rattrape souvent, et nous aurions intérêt à ne pas perdre de temps dans des secteurs qui ne sont pas ceux que nous aimons vraiment. Pour moi, sans que je regrette rien, je dois quand même avouer que mon bonheur est parfait depuis que je suis dans mon laboratoire de recherche scientifique, après ce passage pendant 20 ans dans l’édition scientifique, activité qui me forçait à faire ma recherche scientifique dans mon laboratoire personnel et seulement pendant les vacances.
Aujourd’hui, le poulain est lâché dans le pré... et l’herbe est plus verte dans mon propre pré que dans celui du voisin. C’est ce que je souhaite à tous !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales