English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Une présentation scientifique ? De quoi s’agit-il ?

Le blog de Herve This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]
Des reactions ? Ecrivez a [ icmg chez agroparistech.fr->icmg chez agroparistech.fr

Un jour à dix heures, lors d’un de nos « bonheurs du matin » (je ne parviens pas à nommer « réunion » ce qui est une sorte de récréation… studieuse), une étudiante merveilleuse de notre groupe de recherche présente le début de la théorie de l’arc-en-ciel. La question est de comprendre pourquoi il y a parfois des arc-en-ciel, avec des couleurs séparées, et parfois des arc-en-ciel secondaires, les deux arcs ayant une forme d’arc de cercle.
Notre amie expose la trajectoire de rayons lumineux dans les gouttes d’eau à l’aide de lois physiques simples ; puis elle calcule l’angle entre un rayon qui arrive sur une goutte d’eau et un rayon finalement réfléchi ; puis elle identifie des résultats de calcul qui lui servent à expliquer pourquoi il y a de la lumière à certains endroits du ciel et pas à d’autres.
Tout cela est très propre, très bien fait, et je n’ai aucune critique… sauf contre moi-même qui n’ai cessé de perturber sa présentation avec des remarques.

Toutefois, j’ai des excuses. Par exemple, notre amie parle de rayons lumineux, mais que sont ces rayons ? La question n’est pas anodine, car Descartes et Diderot, qui étaient des génies de leur temps, avaient des théorie très fausses à ce propos. A ces époques, on allait jusqu’à penser que les « rayons lumineux » partaient de l’œil, par exemple. Et puis, peut-on parler de rayons quand on a appris par ailleurs que la lumière est faite d’ondes ou de photons (selon la manière dont on les décrit) ? Ou encore, notre jeune amie parlait de réflexion sur le bord de la goutte, mais elle négligeait de la lumière « réfractée ». Je passe sur les détails, parce que je ne veux pas entrer dans la discussion technique, mais je veux surtout observer qu’avant de dérouler un maniement mécanique du formalisme, du maniement mathématique des principes et lois physiques (le « calcul »), il y a lieu de s’interroger sur les objets que l’on manipule, et c’était surtout pour transmettre cette idée à l’ensemble du groupe que j’ai tant perturbé la présentation.
D’autre part, au cours de l’exposé, il y a eu des manipulations algébriques (des « calculs », donc), mais, au vingt-et-unième siècle, les calculs ne sont-il pas faits automatiquement par des logiciels de calcul formel ? Pourquoi notre amie a-t-elle montré cette petite « transpiration » ? Certes, cela a rafraîchi les idées de l’ensemble du groupe, mais le temps passé ainsi n’était-il pas inutilement perdu, puisque nous avons les logiciels de calcul formel déjà évoqués ? N’aurait-il pas été plus judicieux de faire les calculs avec ces logiciels, et d’enseigner au groupe le maniement de ces outils ? C’est comme si l’on avait passé un long moment à labourer avec un cheval de trait pour expliquer le labour, au lieu de montrer le maniement d’un tracteur (pardon pour la comparaison ;-) ).

Surtout la question d’aujourd’hui est plutôt de m’interroger sur l’exercice lui-même : exposer à d’autres un point scientifique. Pourquoi ? Comment ?
Notre jeune amie avait utilisé un tableau blanc. Et il faut reconnaître que sa présentation était vivante, puisqu’elle interpellait notre auditoire, s’assurant à chaque étape du calcul que chacun avait bien compris. C’était se préoccuper légitimement de ceux à qui le message était délivré, et c’était bien, donc.
Pourtant notre jeune amie s’était mise dans une position d’enseignant, de transmission, et les discussions préalables, dans ce blog, sur l’enseignement (lequel me semble devoir être remplacé par l’apprentissage) me font penser qu’il y avait lieu de faire autrement.
Dans le cas de l’enseignement, j’ai proposé que chacun aille chercher par lui-même. A quoi cela aurait-il correspondu ? Sans doute à ce que notre amie nous donne à chacun une série d’exercices corrigés, et j’ai bien dit une série, soit un enchaînement organisé d’exercices élémentaires qui conduisent finalement à l’établissement du résultat.
C’était une première possibilité, mais l’application du bon principe d’Alain (« Quelle est la question à laquelle je ne pense pas ? ») me fait penser qu’il y a d’autres possibilités. Lesquelles ?
Je propose de partir de l’attendu selon lequel il faut que chacun fasse son chemin. J’en ajoute un autre, à savoir que cette réunion particulière visait aussi, et peut-être surtout à donner de la cohérence au groupe. Mais il y avait également un objectif supplémentaire, qui était de susciter de enthousiasme pour la science, l’expérience et le calcul.
Cela fait beaucoup d’objectifs simultanés, et il faudrait se demander si l’une ou l’autre façon n’est pas meilleure que les autres.
Pour ce qui concerne le détail des calculs, il me semble que la compétence actuelle n’est plus de les faire soi-même à la main, mais d’utiliser des machines qui les font pour nous. C’est une compétence moderne, tout comme on n’extrait plus de racines carrés à la main depuis l’avènement des premières calculatrices électroniques, depuis 1974.
C’est une trivialité de dire que le numérique s’est imposé, mais on voit que les communautés sont lentes à l’adopter, et il y a donc lieu, dès l’école, à favoriser la transition. Des livres, Mais en pdf. De l’algèbre ? Oui, mais avec des logiciels de calcul formel. De enseignement ? Oui, mais qui s’améliore grâce aux méthodes numériques.
Voilà donc ma conclusion, mais on imagine bien qu’elle est toute provisoire, puisque je suis loin d’avoir imaginé des solutions que je n’imaginais pas. A suivre donc.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales