English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Former, Chercher, Innover Pour l’avenir de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt.

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

WCGALP 2014, Vancouver

Coal Harbour

Coal Harbour, le quartier de Vancouver où s’est tenu le congrès. Photo : M.A. Verrier


Du 17 au 22 août 2014, s’est tenu à Vancouver (Canada) le 10ème Congrès Mondial de Génétique Appliquée à l’Elevage (WCGALP). Ce congrès, qui se tient tous les quatre ans, est un événement de première importance pour la communauté "animal breeding".

Le congrès de Vancouver a réuni environ 1300 participants des cinq continents, la délégation française se situant au 4ème rang par le nombre, derrière les USA, le Canada et le Brésil. Il y a eu 5 exposés en plénière, 383 communications orales et 557 posters. Sur l’ensemble de ces contributions, l’INRA est l’organisme qui en a fourni le plus grand nombre.

Nous proposons ici quelques impressions à l’issue de ce congrès. Une vision d’ensemble étant hors d’atteinte, ces impressions doivent être complétées par celles d’autres participants à ce congrès.

La prochaine édition du WCGALP, en février 2018, se tiendra à Auckland (Nouvelle-Zélande).

Etienne Verrier & Thomas Heams
AgroParisTech, UFR Génétique, Elevage et Reproduction
INRA, UMR Génétique Animale et Biologie Intégrative

Contenu scientifique

Dense bien que sans surprise ni révélation de grandes nouveautés, le contenu scientifique du congrès a été largement dominé par les résultats obtenus avec les outils de génomique à haut débit et par le développement de la sélection génomique :

  • Très nombreux posters et exposés présentant des résultats de génétique d’association (GWAS).
  • Plusieurs sessions relatives aux aspects méthodologiques de l’utilisation des données génomiques.
  • Arrivée significative de résultats issus des données de séquence, qui constituent à l’évidence l’information génomique de demain.
  • Une intéressante session sur la mise en œuvre pratique de la sélection génomique dans plusieurs filières : bovins laitiers, poules pondeuses et poulets de chair, saumon.

Outre des sessions consacrées à un groupe d’espèces ou à certaines filières, plusieurs sessions ou communications ont été consacrées à des thématiques transversales autres que la génomique. Notons notamment les thèmes suivants :

  • La définition des objectifs de sélection, notamment en cas d’interaction génotype x environnement.
  • Une importance nouvelle accordée à la dimension épigénétique des caractères quantitatifs.
  • La gestion des ressources génétiques, avec plusieurs exposés orientés sur la pratique et les résultats concrets plus que sur les "belles intentions".

Sans doute en partie du fait de la localisation et de la composition du comité scientifique, cette 10ème édition du congrès mondial a eu une forte "coloration" Nord-Américaine, dont nous donnons ici quelques signes :

  • Quatre parmi les cinq orateurs en plénière (regrettablement tous masculins) et plus de la moitié des orateurs invités étaient Nord-Américains.
  • Un exposé en plénière était consacré au thème : "Bridging the gap between scientific facts and societal perceptions of agriculture". Cet exposé a été assuré par un responsable de la communication de la firme Monsanto et le message de ce dernier peut se résumer en trois points : (i) les questions d’acceptabilité sociale sont pilotées par la peur, (ii) le public est mal éduqué et (iii) les firmes doivent être pro-actives et parler sans réserve de leur activité. Cet exposé était intéressant dans le sens où il donnait à voir les axes de communication d’une multinationale des biotechnologies. Il aurait toutefois mérité, d’une part, de faire état d’une plus grande diversité de perceptions (en Europe, en Afrique, dans les pays émergents, …) et, d’autre part, d’être accompagné d’un exposé contradictoire, montrant par exemple que l’acceptabilité peut répondre à de vraies questions de choix de société.
  • En ce qui concerne les sessions par groupe d’espèces, le cheval a été classé parmi les "companion animals", ce qui nous paraît une vue réductrice des choses, notamment si l’on se place à une échelle mondiale.

- Accès aux textes de l’ensemble des communications et posters

Session consacrée à l’enseignement de la génétique animale

Depuis l’édition de 2002, à Montpellier, une session "Training" est intégrée à ce congrès qui est avant tout un congrès de recherche. A Vancouver, trois communications invitées visaient à présenter les enjeux et les perspectives de l’enseignement de la génétique animale dans trois grandes régions du monde :

  • Amérique du Nord – R. Lewis, University of Nebraska, USA – Filling the knowledge gap : integrative quantitative and genomics in graduate education and outreach.
  • Europe – E. Verrier & T. Heams, AgroParisTech – Interdisiciplinarity, internationalization, interculturality : three challenges of training animal breeding and genetics in Europe.
  • Océanie et pays du Sud – J. Gibson, University of New England, Australie – Training and human capacity development in Australasia, South and South-East Asia and Sub-Saharan Africa.

Ces trois exposés, bien que sensiblement différents dans leur approche et leur contenu, avaient pour dénominateur commun la collaboration entre établissements. En Amérique du Nord, cela se traduit pour beaucoup par de la mise en commun de matériel pédagogique sur le web et du réseautage électronique. Pour l’Europe, nous avons insisté sur les cursus conjoints (Erasmus-Mundus) et l’intérêt de former des groupes multinationaux et multiculturels d’étudiants partageant un ensemble de savoirs, de savoir-faire et de valeurs. Dans les pays du Sud, les perspectives de formation dans notre domaine demeurent limitées par un marché de l’emploi peu ou pas existant en dehors du secteur académique (la majorité des emplois dans les organisations de sélection animale – au sens large – se situent en Europe et en Amérique du Nord). Et les questions de collaboration s’y déclinent différemment selon les pays : par exemple, volonté d’autonomie pour résoudre ses propres problèmes en Inde vs. recours plus courant au "spécialiste étranger" en Afrique. Plusieurs intervenants ont convergé pour rappeler la nécessité de bâtir des enseignements au contact le plus direct possible des acteurs de l’élevage et de la sélection, soulignant ainsi que la génétique animale appliquée, outre ses composantes biologique, technique et statistique, comporte également un volet social.

Les autres contributions ont montré des expériences originales de formation, en ligne ou en face-à-face, sur des thèmes plus ou moins spécialisés. Nous retiendrons une communication de l’Université de Wageningen sur l’enseignement de la génétique animale en "Bachelor", c’est-à-dire pour des étudiants qui, en majorité, ne se spécialiseront pas dans ce domaine, et où nous avons retrouvé une approche très similaire à celle qui préside à notre enseignement en cursus ingénieurs.

- Télécharger le texte de notre communication

Participation des doctorants EGS-ABG

Parmi les 32 doctorants recrutés dans le programme européen EGS-ABG depuis septembre 2011, 21 ont participé au congrès, y compris parmi les doctorants qui ont démarré leur thèse à peine un an auparavant. Tous avaient soumis une communication et 11 (la moitié) ont été retenues à l’oral.

Le dimanche, avant la cérémonie d’ouverture, les doctorants avaient organisé une sortie en mer destinée à l’observation de la faune marine (whales watching). Cette sortie, à laquelle nous avons participé ainsi que quelques directeurs de thèse, a été l’occasion d’observer de près des groupes d’orques ainsi que des bandes de phoques prenant le soleil sur la rive. Les doctorants et le staff d’EGS-ABG se sont également retrouvés le mardi soir, avec un dîner chaleureux dans un restaurant éthiopien (en référence aux cours doctoraux qui avaient été organisés à Addis Abéba en octobre dernier).

- Accès aux résumés des communications des doctorants EGS-ABG


Orques dans la baie des Anglais, Vancouver. Photos : Irene Van den Berg.

Vancouver - Orque (2)

Vancouver - Orque (1)


AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2019 © AgroParisTech - Mentions légales