Les races ovines françaises / French sheep breeds 


race ovine CORSE

spain.gif (977 octets)A ver la ficha realizada
par La ganadería francesa

uk.gif (1002 octets)See technical note
of Livestock from France

Origine, zone d'élevage, performances

Aptitudes et utilisations

Schéma de sélection  

Organisations

Photos


Photos


Origine, zone d'élevage et performances

La brebis corse fait partie, comme la brebis sarde, de la famille des races jarreuses méditerranéennes. Son origine est très ancienne. Elle a été façonnée au cours des siècles par des conditions de climat et d'élevage pastoral très spécifiques.

Elle est, dans l'actualité, essentiellement localisée à la Corse. Toutefois, quelques éleveurs l'ont également " adoptée " en France continentale du fait de ses aptitudes à exploiter des " ressources pastorales ".

La race Corse compte 100 000 brebis traites. Dans les systèmes d'élevage traditionnels, qui s'appuient sur une offre fourragère très saisonnée, la production moyenne à la traite avoisine les 100 litres par brebis. Cependant, dans les élevages où l'alimentation est plus soutenue, elle atteint facilement 140 à 150 litres, voire plus. Les meilleures laitières au CLO se situant à 360 litres.
 

Effectifs 100 000 brebis 
dont 15.000 au Contrôle Laitier Officiel 
Qualités laitières production laitière adulte : 110 à 120 l 
durée de traite : 200 j 
Données sur le programme de sélection  béliers entrés en Centre : 200
béliers mis en testage : 30 
inséminations artificielles : 7.000 

pour en savoir plus : base de données du BRG

(sources : UPRA brebis corse - 99)


Aptitudes et utilisations

Bien que la brebis corse ait une production plus modeste que celle des races spécialisées (Lacaune, Sarde), c'est une très bonne laitière compte-tenu de son petit format (35 kg en moyenne). Cette moindre production est, en partie, compensée par un lait très riche (de l'ordre de 132 g/l de MSU). C'est une brebis rustique, bonne marcheuse (qualité importante pour l'utilisation des zones de parcours et de transhumance), très facile à traire (100 brebis à l'heure).

Peu prolifique (115%), elle est, par contre, très fertile comme en témoignent les résultats de fertilité sur IA obtenus en 1997 (67%).

Son alimentation est basée sur l'utilisation de l'herbe. De manière traditionnelle, les bergers utilisent son aptitude à puiser sur ses réserves corporelles en période de disette et à reprendre sa production au printemps. Avec l'évolution de l'agriculture (disparition de la céréaliculture de subsistance et de la viticulture intensive), les modalités d'élevage se sont diversifiées. Dorénavant, la brebis corse se rencontre tout autant dans les zones montagneuses de l'intérieur, conduite selon des modalités d'élevage pastoral, que dans des élevages de plaine qui disposent de cultures fourragères.

Les éleveurs utilisent son aptitude au désaisonnement pour répondre à des marchés variés. Ainsi, les agnelages peuvent débuter en septembre dans la Plaine Orientale, être regroupés en octobre chez les livreurs ou être décalés en novembre chez les transformateurs fermiers du sud de la Corse. La traite s'arrête en juin pour les éleveurs livrant leur lait à des laiteries. Mais elle peut se poursuivre pendant l'été, l'éleveur transformant alors son lait en transhumance pour une clientèle estivale.

La taille moyenne des troupeaux est de 200 brebis à la traite, avec de très fortes disparités. On rencontre ainsi, en Corse du sud, des petits troupeaux de 80 brebis, avec transformation du lait à la ferme, et, à l'opposé, des troupeaux de 1000 brebis en zone de plaine.

Enfin, une des caractéristiques particulières de la race corse est d'être une des seules races européennes où l'on trouve encore une très grande variation des couleurs de la toison.


Schéma de sélection

Le schéma de sélection de la brebis corse a démarré en 1986, sous la responsabilité de la Fédération Régionale Corse de Sélection Ovine (FRECSOV), reconnue comme UPRA en 1996. Jusqu'en 1992, les béliers étaient sélectionnés sur ascendance maternelle. Après les essais fructueux de 1992-93, l'insémination artificielle est en phase de développement. Ainsi, la première série de béliers mis en testage date de 1996.

Dans la phase actuelle, la sélection est basée sur la quantité de lait à la traite. Toutefois, les éleveurs tiennent à conserver les caractères de rusticité de la race. Des critères secondaires, notamment la facilité de traite, appréciés par les éleveurs sont pris en compte dans la qualification des mères à béliers.


Organisations

Structure Raciale 
UPRA BREBIS CORSE 
Domaine de Casabianda 
20270 Aléria - France 
Tél-Fax: +33 (0) 4 95 57 10 91 
upracorse@corte.inra.fr

Centre de Production de Semences 
Coopérative CORSIA 
Domaine de Casabianda 
20270 Aléria - France 
Tél-Fax: +33 (0) 4 95 57 10 91 


les races domestiques françaises 
the French farm animal breeds
las razas de la ganadería francesa

les races ovines françaises
the French sheep breeds

las razas ovinas francesas

Pour en savoir plus, contactez :
France UPRA Sélection ou l'UFR "Génétique, Elevage et Reproduction" (AgroParisTech)


UFR Génétique, élevage et reproduction (AgroParisTech) - France UPRA Sélection © 1996-2007
gestion des pages - remarques & suggestions : Xavier Rognon  (xavier.rognon at agroparistech) - mise à jour : septembre 2007