Les races ovines françaises - French sheep breeds - Las razas ovinas francesas


race ovine ROUGE DU ROUSSILLON

Origine, zone d'élevage, performances

Aptitudes et utilisations 

Organisations

Photos


Photos

RORO2b.jpg (60708 octets) RORO7b.jpg (59644 octets)
(crédit photos : Ph. Gaye (1 à 3) & H. Germain (4))


Origine, zone d'élevage et performances

Une population rouge est présente sur le littoral languedocien, puis catalan, depuis deux siècles : c’est la Rouge du Roussillon. Son histoire est peu documentée, mais on peut en esquisser deux périodes. Comme la MOUREROUS provençale, elle vient d’Afrique du Nord. Les moutons à robe rouge et queue grasse sont communs dans tout le proche Orient. Les brebis, appelées un peu abusivement « barbarines », débarquaient à Port-Vendres, essentiellement sur la période de l’entre deux guerres, et essaimaient dans la salanque, puis dans l’arrière-pays et jusque dans le rayon de Roquefort. Les premières importations de ces brebis dans le Languedoc ont eu lieu à la fin du 18ème siècle. Un noyau de sélectionneur organisera régulièrement des concours autour de Nîmes jusqu’à la fin du 19ème. Puis dans le Roussillon, les premiers écrits décrivant une population rouge ne datent que des années trente. Ces moutons proviennent probablement d’importations dans les années 30 de troupeaux algériens à Port-Vendres : il s’agit là de « mouton oranais » à la couleur rousse plus prononcée que la Barbarine.

Cette population caractéristique, cantonnée jusqu’à une époque récente entre Narbonne et Perpignan, et qui pouvait compter au moins 10 000 têtes, il y a une trentaine d’année, a régressé assez rapidement et ne se trouve plus représentée aujourd’hui que par quelques centaines d’individus répartis dans quelques élevages des Pyrénées Orientales, de l’Aude à l’Herault et dans le sud de l’Aveyron.

Lorsqu’en 1981, M Marty de Saint Hippolyte arrête l’élevage, son troupeau est considéré comme le dernier authentiquement rouge du Roussillon. Grâce à l’insistance d’une communauté de néo-ruraux, le troupeau est racheté in extremis. Heureusement, il reste quelques transhumants andorrans. Dans un passé assez proche, ces éleveurs avaient largement adopté la brebis rouge. Au final l’inventaire réalisé en 1980 permet d’estimer à quinze le nombre d’éleveurs détenant des brebis de type rouge pour une cheptel de 1 100 animaux.

Douze ans plus tard le Parc Naturel Régional des Grands Causses finance un premier inventaire en 93, puis, de 1994 à 2001, un véritable programme de conservation : cryoconservation de semences de béliers, aide à l’achat et à l’élevage de femelles, actions de communication. Une association, fédérant également les éleveurs de Caussenardes des Garrigues et de Raïoles, est créée en 1994. On estime la population aujourd’hui à environ 3 500 brebis pour plus de 30 éleveurs

La Rouge du Roussillon est une brebis de format moyen, plutôt enlevée, dont la caractéristique principale est la couleur rouge des parties non lainées, avec parfois des tâches blanches et en particulier des listes en tête. Les animaux sont dépourvus de cornes. Tête, dessous du cou, ventre et pattes sont découverts de laine. Sa toison est d’une bonne finesse. L’agneau naît souvent couvert d’un poil roux de couleur intense.

 

 

Effectifs nombre de brebis : 3 000 inscrites
Qualités maternelles prolificité : 1,3 - 1,5
Qualités bouchères poids des brebis : 55 kg

pour en savoir plus : base de données du BRG


Aptitudes et utilisations

La  ROUGE DU ROUSSILLON est une race polyvalente. Ses qualités sont nombreuses, laitière, agneau correctement conformé, rusticité (adaptation à la ressource très développée) et désaisonnement naturel, adaptés à une conduite typique d’arrière-pays méditerranéen, où elle valorise bien les parcours. Le système classique comprend deux périodes d’agnelage, avec des agneaux broutards au printemps, l’utilisation de parcours et de sous-bois cinq ou six mois de l’année. Dans les troupes où la ressource alimentaire est bonne, la prolificité oscille entre 150 et 160. A noter que ce n’est pas à proprement parler une race de garrigues et de transhumance.

Bonne laitière, le démarrage de ses agneaux est rapide. Ces derniers sont appréciés aussi bien sous la forme d'agneaux légers (agneaux de Perpignan) que sous celle, plus traditionnelle, d'agneaux lourds. L’effort à poursuivre porte avant tout sur le maintien de la variabilité génétique et la création de béliers conciliant phénotype rouge et conformation régulière.


Organisations

Structure Raciale
ASSOCIATION RAIOLE - CAUSSENARDE DES GARRIGUES - ROUGE DU ROUSILLON
Le Barry
12540 Saint Beaulize
Tél : +33 (0)5 65 99 32 15 - Fax : +33 (0)5 65 99 32 81


les races domestiques françaises 
the French farm animal breeds
las razas de la ganadería francesa

les races ovines françaises
the French sheep breeds

las razas ovinas francesas

Pour en savoir plus, contactez :
France UPRA Sélection ou l'UFR "Génétique, Elevage et Reproduction" (AgroParisTech)


UFR Génétique, élevage et reproduction (AgroParisTech) - Races de France ©
gestion des pages - remarques & suggestions : Xavier Rognon  (xavier.rognon at agroparistech) - mise à jour : septembre 2009